NORD page 5


 

Coutiches

Il s’agit là d’une borne en fonte probablement fabriquée par les forges Bussy en Haute-Marne. Les indications y figurant correspondent aux prescriptions de la circulaire du 21 juin 1853. Sur la grande face parallèle à l’axe de la chaussée, la désignation de la catégorie administrative de la route (elle était dans l’encart, ici effacée ou non inscrite). Si la route prenait naissance dans le département, on y indiquait la ville de naissance et la distance de cette ville. Les indications portées sur la grande face ne semblent pas correspondre à cette règle mais à la localisation de la borne et à l’origine du kilométrage (7km ?). Circulaire de 1913.

Sur la petite face, toujours d’après cette circulaire de 1853, la distance jusqu’à la prochaine ville et celle jusqu’à la prochaine ville importante. 

Nous sommes sur la D30 lieu-dit Le Molinel. Les autres bornes sur cette route ne sont plus là.

-La borne adossée à la maison, cliquez dessus-

Voici deux autres bornes (de localisation ou d’entrée d’agglomération)  sans autres indications que le nom de la commune. 

Les photographies de bornes sont de Christophe DELILLE

Flâneries en Douaisis


 

Erre

Voici un plaque d’interdiction: on en trouve une foultitude près des voies de chemin de fer. Elle n’est donc pas directionnelle, aucun fléchage, banale.

Pourtant il faut savoir que cette plaque, comme des centaines d’autres du même métal et de la même contexture est issue de la petite entreprise fondée par Jules Corbeaux. Né en 1874, membre actif du SFIO, militant syndical, il n’eut d’autres choix que créer avec ses frères sa petite entreprise de moulage en fonderie. Bien que fondateur de la Section du Parti Ouvrier Français (P.O.F) à Petite-Forêt dans le Nord, maire de la commune, en 1929, il fut contraint d’abandonner ses mandats militants et politiques pour embourgeoisement

Il est mort en 1947.

Photographie: Christophe DELILLE

(Une seconde plaque issue de cette entreprise ci-dessous à Aniche)


 

Aniche

Une seconde plaque qui sort de l’entreprise de Jules Corbeaux, mouleur en fonderie à Petite-Forêt. (Voir Erre ci-dessus).

Ce type de plaque de limitation de vitesse (drastique !) apposées juste avant une voie ferrée alors que celle-ci n’était pas équipée de passage à niveau, rien que de très normal.

-Cliquez sur la plaque sur la maison du garde-barrière-

-Photographies des plaques: Christophe DELILLE


 

Esquerchin

Voici une borne en fonte, laquelle était située au 1er kilomètre du Chemin d’Intérêt Commun N°40. Ce dernier allait d’Esquerchin à Douai. Cette borne provient de la fonderie Bussy en Haute-Marne comme il est écrit en bas. 

Photographie: Christophe DELILLE


 

Faumont

Une borne en fonte possiblement de la fonderie de Bussy en Haute-Marne.

Photographie: Christophe DELILLE


 

Féchain

Rue Pierre Bochu (D140), une borne en fonte: nous étions au kilomètre 8 d’une voie de communication dont la dénomination comme le numéro ont été burinés.

La seconde bore doit se situer sur la D148 en allant sur Wasne-au-Bac. 

Photographies: Christophe DELILLE


 

Aix-en-Pévèle

Aix jusqu’en 2018. Rue de Lobeau (D126) nous étions peut-être à l’époque de la mise en place de cette plaque sur le CIC portant le même numéro. En effet le Chemin d’Intérêt Commun N°126 allait en 1884 de Marchiennes pour se terminer à Landas, commune frontalière à Aix. 

La station de Rosult fut mise en service en 1870.

-Cliquez sur cette plaque-

Photographie de la plaque: Christophe DELILLE


 

Beaurepaire-sur-Sambre

L’extension sur-Sambre date de 1933.

Ultérieure à 1890, cette plaque était donc sur le Chemin d’Intérêt Commun N°116. (c’est après 1890 suite à une unification CGC / CIC que le 116 passa par Beaurepaire, auparavant il allait de Quénéraing à Trith-St-Léger). 

Intersection Roue de Prisches Le Village (D116) et Le Village (D124) voici une plaque, elle se situe en vérité à 200 mètres mais étant donné que je n’ai pas la photo de celle-ci…

-Cliquez sur la plaque-

Photographie de la plaque: Norbert QUINT


 

Lille

Trois plaques directionnelles en fonte ont été recensées à Lille. Une sur ce qui était la Nationale N°42. Cette voie dés sa création en 1824 allait de Lille à Boulogne-sur-Mer. Rue de La Barre. 

-Juste en face au-dessus de la charcuterie, cliquez dessus-

Photographie de la plaque: Patrick ROLLET

A la Porte de Gand, vous verrez une seconde plaque. par ici passait donc la Route Nationale 17 allant de Paris à Lille et à Ostende. 

-A gauche la plaque, petite flèche blanche-

Photographie de la plaque: Patrick PAGNIER

Intersection entre la rue Eugène Jacquet et la rue St Gabriel, cette plaque aux 4 fléchages indiquant les communes les plus proches, plus récente que les deux précédentes sur les Routes Nationales. 

-Cliquez sur cette plaque verte en face-

Photographie de la plaque: Pierre DURIEZ


 

Wasquehal

Deux plaques provenant de l’association Nord Touriste. Créée en 1899, il s’agissait initialement du Club Roubaix Touriste. Dés sa création elle fut liée au Touring Club de France, En son sein, le Comité des Routes entretient un dialogue constant avec les pouvoirs publics  et génère le renforcement et la création des pistes cyclables dans le Nord. 

*En 1904, des démarches sont effectuées pour obtenir la création d’une piste cyclable du Molinel à Lambrechies, et ceci le long du Chemin stratégique N°143 -il s’agissait d’un CIC.. Cette plaque se situant justement rue de Molinel, on peut imaginer qu’elle marque le début de cette piste cyclable numérotée ici N 43. Elle rejoignait le Pavé Stratégique pour arriver à Wambrechies.  En 1905 une somme de 4000 francs fut débloquée pour payer les travaux. Cette même année des plaques indicatrices furent installées. Et en 1906 la première partie de cette voie est terminée, la seconde partie est immédiatement mise en oeuvre. En 1909, les Ponts & Chaussées informèrent le Comité que le trottoir cyclable de Molinel à Lambrechies serait remis en état (ce qui sous-entendait que fort utilisé il se trouvait déjà dégradé).

En 1910 deux modèles de plaques pour les piste cyclables furent proposées aux Ponts & Chaussées.  Bien que des plaques aient été mises en place avant, ces plaques ci font peut-être partie de ces modèles. 

Ces plaques proviennent de L. Coucke; fondeur au 138 rue Carnot à Watreloos. Je n’ai pas encore trouvé de renseignements sur cette société mais il y avait plusieurs Coucke exerçant le métier de fondeur, on peut penser que l’entreprise était familiale. 

-Les plaques sont côte à côte, cliquez sur chacune d’elles-

Photographies: Patrick ROLLET

* Renseignements issus du bulletin du Nord-touriste et de l’Automobile-club du Nord de 1903 à 1924.


 

Camphain-en-Pévèle

Rue de la Justice, intersection avec la Grande Rue (D93) voici une plaque marquant l’ancienne voie romaine allant de Tournai en Belgique à Estaires. La rue de la Justice est le début du secteur pavé de la course cycliste mythique Paris – Roubaix. Une borne style borne kilométrique marque cet emplacement.

-Cliquez sur la plaque contre la maison, sur la borne également-

Photographie de la plaque: Pierre DURIEZ


 

Hem

Poussez la porte de la Brasserie / Restaurant de la Mairie, elle se situe Place de la République. Vous pourrez y admirer, parmi de nombreuses plaques émaillées et autres décorations vintages, la seule plaque de cocher encore visible à Hem.

Remisée à la mairie depuis un certain nombre d’années, elle en fut extirpée, réchampie de belle manière par Marc Lhotellerie, et exposée dans cet établissement. (notons la couleur de la devanture en parfaite harmonie avec la plaque !).

Photographie: Marc LHOTELLERIE


 

Montay

Cette belle plaque se situait sur la Route Départementale N°10 allant de Valenciennes à Bohain dans l’Aisne. Nous voyons d’ailleurs ces deux destinations fléchées sur la plaque.

Nous lisons également qu’il est fait mention de la station de Neuvilly. Cette station était sur la ligne d’Avesnes-sur-Helpe à Solesme, ouverte en 1907, fermèe en 1916. Nous pouvons en déduire que cette plaque date d’entre 1907 et 1914.

La plaque se situe rue du Calvaire (D955). Jusqu’en 1973 nous étions sur la Route Nationale 355.

-La plaque est à gauche sur la maison blanche, en cliquant vous la verrez  sur un mur de briques rouges, les deux photos ont un an d’écart-

Photographie de la plaque en 2017: Erwan GUITTON


 

Ohain

Deux plaques à Ohain, la première rue Édouard Meunier (D83) à l’intersection avec la Place du Maréchal Foch (D963). En 1884, le Chemin d’Intérêt Commun sur lequel était positionnée cette plaque partait d’ici, à Ohain, pour rejoindre la frontière. 

-Cliquez sur la plaque, maison à droite-

Rue des Horbes (D963), à hauteur de l’intersection avec la rue des Gros Tilleuls, cette plaque était sur le Chemin de Grande Communication N°42. Cette voie de communication fut créée en 1892 suite à la fusion des voies d’Intérêt Commun de de Grande Communication. Le nouveau réseau passait de 78 à 51 CGC. 

-Cliquez sur la plaque-

Photographies des plaques: Erwan GUITTON


 

Ramousies

Les deux plaques sont sur ce qui était le Chemin d’Intérêt Commun N°80. Cette voie en 1884 allait de Beugnies à Sains. Et aujourd’hui nous sommes sur la D80. A l’intersection entre la Route de Liessies (D133) et la rue de la Fontaine dans le virage voici la première plaque.

-Cliquez sur cette plaque en face sur la maison-

Rentrons dans le village, à 400 mètres la seconde plaque sur la même voie mais cette fois le cartouche a perdu son inscription.

-Cliquez sur cette plaque-

Photographies des plaques: Erwan GUITTON

(1) plaque en fonte vers 1900 (2) panneau directionnel style Dunlop vers 1930


 

Sars-Poterie

Quand un Chemin Vicinal rencontre un Chemin d’Intérêt Commun que trouve t-on ? Deux plaques en angle sur la même maison. Ici le VO7 (Rue Jean Jaurès) rencontre le CIC80 (Rue Salmon) allant de Beugnies à Sains.

-Cliquez sur chacune des plaques-

Photographies: Erwan GUITTON


 

Saint-Aubin

Cinq plaques directionnelles en fonte ont subsisté dans la commune de St Aubin. Trois sont sur ce qui étaient des Chemins d’Intérêt Commun, les N°121 et 124, deux autres sur des Chemins Vicinaux Ordinaires, les 5 et 7. 

En ce qui concerne les plaques sur les CIC elles datent de la mise en place du réseau unifiant CGC et CIC, à savoir après 1892. Voici deux plaques en angle sur ces voies de communication.

-Les N° de voies sont les mêmes aujourd’hui, cliquez sur chaque plaque fléchées blanc-

Poursuivons notre route sur l’ancien CIC 24. A hauteur du carrefour direction La Place, il y a une plaque non photographiée qui devait être sur un Chemin Vicinal. Et en continuant sur la rue d’En Haut (D24), une plaque à la jonction avec la Route de St Rémy, cette route comme indiqué est le Chemin Vicinal Ordinaire N°5.

-Cliquez sur la plaque-

Nous voici sur deux lieux-dits qui ont pour noms: Le Pont des Loups et Le Petit Moulin. La route qui passe ici est la D124, autrement dit à l’époque le CIC 24. A l’intersection avec le chemin N°7 sur la même maison, deux plaques.

-Cliquez sur chacune des plaques-

Photographies de plaques: Erwan GUITTON

-Ne cherchez pas de plaques ici, on n’en voit pas. Par contre dans le jardin parmi les choux deux petites filles et un petit garçon (chacun sait que dans le Nord les enfants naissent dans les choux)-


 

Taisnières-en-Thiérache

Le Chemin d’Intérêt Commun N° 119 traversait la commune et logiquement nous trouvons ces plaques sans doute à une intersection: celle entre cette voie et le Chemin Vicinal Ordinaire N°3. Ces plaques sont postérieures à 1892.

Photographies: Erwan GUITTON


 

Taisnières-sur-Hon

Route de la Chaussée du Bois. En allant tout droit nous franchirons la frontière belge dans 1km6. La ville de Sars-la-Bruyère en Belgique est à 4kms700. 

Si actuellement nous sommes sur la Départementale 84, la plaquette (retirée de son encart et coincée entre le mur et la plaque) indique I.C 84, Chemin d’Intérêt Commun N°84. Effectivement ce CIC, dés son origine, allait de Bavai à la frontière. (nomenclaturé ainsi en 1884).

L’une des flèches indique la direction pour aller à la Station de Bavay. Cette gare était sur la ligne d’Escaudœuvres à Gussignies mise en fonction en 1882. L’emplacement de cette gare fut fixé dés 1876. (Rapports et délibérations / Conseil général du Nord 1876-08).

-Cliquez sur la plaque-

Photographie de la plaque: Erwan GUITTON


 

Verchain-Maugré

En cliquant sur la plaque vous comprendrez immédiatement que nous sommes là à la jonction entre deux chemins vicinaux ordinaires: les N°5, rue du Jonquois, et N°7 rue de Saulzoir. 

Cette plaque est en tôle émaillée. Cette matière fut utilisée dans le Nord vers 1860 mais la constatation ayant été faite que l’émail se cassait et se détachait la « fonte de zinc » fut préférée. En 1888 néanmoins, des contrats furent passés avec les émailleries pour les plaques dites de rues.

-Cliquez sur cette plaque entre les deux fenêtres-

Photographie de la plaque: Erwan GUITTON


 

Choisies

Route de Solré-le-Château (D27) en face du Pont des Bêtes enjambant La Solré, cette plaque initialement sur le Chemin de Grande Communication N°27. Ce chemin dés son origine et sans changement jusqu’à la transformation en route départementale allait de Maubeuges à Solré-le-Château.

Photographie: Erwan GUITTON


 

Villers-Pol

Une première plaque à l’intersection entre la rue de La Fabrique (D129) et la rue de Valencienne (D73), initialement sur un Chemin d’Intérêt Commun, sans doute également le 129. En l’état.

-Cliquez sur cette plaque-

Rue de Valenciennes (D73) intersection avec la rue de La Chaussée Brunehaut, cette seconde plaque initialement sur le Chemin d’Intérêt Commun N°38 allant de Villereau à Orsinval (nomenclature 1884).

-En rentrant à Villers-Pol, la plaque à droite-

Photographies des plaques: Erwan GUITTON


 

Wargnies-le-Grand

Rue de la Gare (D129), intersection Chemin de la gare, cette plaque était sur le Chemin d’Intérêt Commun N°129. Elle est postérieure à 1892.

-Cliquez sur cette plaque-

Photographies: Erwan GUITTON


 

Wargnies-le-Petit

Nous étions sur le Chemin d’Intérêt Commun N°87 allant de la Forêt de Mormal à Roisin en Belgique. Aujourd’hui, cette plaque sur la rue du Marquiseul (D87) à l’intersection avec l’Impasse des Recoquilles qui n’en est pas une puisqu’il s’agit de la route de Villers Pol. Le bâtiment sur lequel elle est fixée est le Monastère des Rédemptioniste, autrement dit le Château de Lépine. 

En cliquant sur la plaque vous y distinguerez les armes de la commune: D’or à trois croissants de gueules.

-Cliquez sur cette plaque-

Photographie de la plaque: Erwan GUITTON


PAGE 2 – 3 – 4 – 5

Regarder passer la diligence, c’est bien, monter dedans, c’est mieux

Groupe Plaques de Cocher

Patrimoine Routier

Vous pourriez aussi aimer

Pas encore de commentaires

Laissez une réponse