Gironde page 2


 

 
Aubie-et-Espessas

(Commune déléguée de Val de Virvée)

C’est en 1813 qu’Aubie et Espessas fusionnent, donc avant l’apposition de cette plaque.

Cette plaque est aujourd’hui sur la D10, route d’Espessas. A l’époque sans doute un chemin vicinal (Chemin de St André à Guitres)

-Cliquez sur cette plaque-

Photographies: Gilles DELIGNY


 

 
Cézac

A l’intersection des D115 et D249, cette plaque, sur le lieu-dit Canteloup, est perchée sur cette maison à 5 mètres de haut. Elle est en terre cuite émaillée et posée en 1878. 

A l’époque donc, sur le Chemin d’Intérêt Commun N° 131, lequel allait effectivement de St Savin à St André-de-Cubzac. 

-Cliquez sur cette plaque-

Photographies: Gilles DELIGNY


 

 
Civrac-de-Blaye

 Poursuivons sur ce Chemin d’intérêt Commun N° 131, à Civrac (qui devînt Civrac-de-Blaye en 1956), sur l’actuelle CD115, et comme la précédente à une certaine hauteur, voici sur l’école une plaque en terre cuite émaillée.

Et sur le même bâtiment, en angle, intersection CD115 / CD135, deux plaques, cette fois en fonte: la première sur la même façade sur CIC 131, l’autre sur le CIC  114, ce dernier allant (1871) du Pas-de-Bourg à St Mariens. 

Cliquez donc trois fois

Photographies: Gilles DELIGNY


 

 
Etauliers

 Rue principale, intersection D137 / D254, voici une plaque directionnelle. Elle a bien souffert, toutefois on peut y lire le nom de la commune en bas, qu’elle se situait sur une voie de Grande Communication don le N° a été recouvert; en outre, deux destinations fléchées: Blaye et Jonzac avec une précision importante: 8 kms juqu’à la limite du département (frontière Gironde / Charente Inférieure). 

Quand au numéro du CGC recouvert, il s’agissait du N°5.

-Cliquez sur cette plaque-


 

 
Soulac-sur-Mer

 En 1890, on s’aperçoit que Soulac est au bord de la mer, la commune prend cette extension !

La plaque, antérieure, était donc sur une Chemin Vicinal ordinaire, le N°9.

A noter, qu’en 1931, la commune de Soulac demanda que cette voie fut classée comme Chemin de Grande Communication. Après acceptation en 1930, la demande fut rejetée pour le motif que la remise en état (qui devait être effectuée préalablement) ne l’était pas; en effet, le « rechargement », et le goudronnage de la rue Brémontier, du Boulevard Louis Constant, et du Boulevard de l’Amélie (jusqu’au village de l’Amélie) (…) devaient être effectués par la commune.

(délibérations Conseil général de Gironde 1931)

 

-1 rue Brémontier, cliquez sur cette plaque-

Crédits photos: Gilles Deligny / Denis CLAUDEL

 
Et maintenant deux photographies / cartes postales sur lesquelles on distingue la plaque:


 

 
Saint-Christoly-de-Blaye

 Trois plaques, la première place de l’église, elle était sur un Chemin de Grande Communication dont le N° a été recouvert -peut-être le N°3 . Sur le CD22, route de St Savin.

-A droite, cliquez sur cette plaque-

Deux plaques à l’angle des D232 / CD22. Un CGC et un Chemin d’Intérêt Commun, les deux numéros ayant été recouvert. (pour le CGC il s’agissait du N°2). Nous sommes à la sortie de la commune, quartier Merlet, intersection avec la rue des Anciens Combattants d’AFN. Ces deux plaques (dont la couleur originelle semblait être le vert) sont anormalement dégradées.

-Cliquez sur chacune des plaques-

Photographies: Gilles DELIGNY


 

 
Saint-Mariens

 Comme les précédentes, du même type avec le nom de la commune en bas. Sur le CD18, intersection Avenue Pierre Birot / Rue de la Forge. Il s’agissait du CGC N°2. 

Photographie: Gilles DELIGNY


 

 
Aillas

 Une première plaque, en fonte, sur la D9, sortie du bourg direction Fontet, quartier de Tivoly:

La seconde en terre cuite émaillée posée en 1878. Elle était donc sur le CGC 113 qui allait effectivement de Libourne à Bazas. Cette plaque est sur l’actuelle D9, à Tivoly, sur une maison isolée à 1 km du bourg.

-Cliquez sur cette plaque-

Photographies: Denis CLAUDEL


 

 
Arbis

 Intersection D231 / D19, voici une plaque du même type que celles de St Christoly ou St Mariens (voir plus haut). Mais un coup de peinture sur les caractères fait toute la différence. 

Le Chemin de Grande Communication N°22 allait de Rauzan à Cadillac, une autre caractéristique de ces plaques est que seuls le début et la fin du CGC sont fléchés. 

-Cliquez sur cette plaque-

Photographies: Denis CLAUDEL


 

 
Baigneaux

Route de Bordeaux, sortie du bourg, nous sommes sur la D671 (en 1933 la Nationale 671). A l’époque de cette plaque la Départementale N°22 de Créon à Sauveterre passait par Baigneaux.

-Vous remarquerez l’abris-bus aménagé dans la maison, cliquez sur cette plaque-

Photographies: Denis CLAUDEL


 

 
Barie

Cette maison supporte donc deux plaques, l’une en fonte, l’autre en terre émaillée. On voit clairement la différence de taille. 

Le Chemin d’Intérêt Commun N° 33 partait de Barie (Barrie en 1879) pour aller à Castillon: un tout petit CIC de 2km7 ! Les deux plaques disent exactement la même chose: la direction de Castillon. Nous sommes aujourd’hui sur la D226.

-Cliquez sur chacune des plaques, donc deux clics

Photographies: Denis CLAUDEL


 

 
Bazas

 A l’intersection des D3 / D9, cette plaque directionnelle en fonte. Nous étions sur la Route Impériale / Nationale 10, intersection avec soit la Route Départementale 11 ou 13. Cours du Général de Gaulle. 


  Cours Gambetta, une inscription murale, entretenue. C’est d’ici (plus exactement place du Tilleul) que partent les bœufs et leur attelage lors de la Promenade des Bœufs Gras de Bazas

Photographies: Denis CLAUDEL

Ci-dessous un document (archives) de l’INA en 1996

 


 

 
Beautiran

Nous sommes Route de l’Aruan (D214), à 20 mètres de la Nationale 113. 

-Cliquez sur cette plaque-

Photographies: Denis CLAUDEL


 

 
Béguey

Intersection rue de la Libération / rue du Puits de Paresse, sur la D13. Toutefois, les deux destinations fléchées, à savoir Cadillac et Paillet, se trouvant sur la D10 (celle contemporaine à la pose de la plaque mais également la D10 contemporaine), cette plaque, à l’époque, devait également se trouver sur cette route. (d’ailleurs cette route fut agrandie et rectifiée à Béguey en 1855).

-La plaque occultée partiellement par l’enseigne, cliquez dessus néanmoins-

Photographies: Denis CLAUDEL


 

 
Blanquefort

 Rue Gambetta, au 36. Intersection avec l’actuelle D2. La plaque se trouvait donc sur une Chemin d’Intérêt Commun dont le N° a été recouvert; il s’agissait du N°122, il allait de St Médard à La Garonne. Quatre fléchages sur cette plaque.

-Cliquez sur cette plaque-

Photographies: Denis CLAUDEL


 

 
Blésignac

 Sur la D140, intersection avec la D11, nous étions sur le CIC N° 71. Cette plaque en terre cuite émaillée indique comme ses consœurs du même acabit le parcours du chemin sur lequel elles se situent.

-Cliquez sur la plaque-

Photographies: Denis CLAUDEL


 

 
Brouqueyran

 Sur la D125, dans le bourg avant la mairie, voici deux plaques qui reprennent les mêmes indications sous une forme différente. En fonte, en terre cuite émaillée, qu’importe la matière pourvu qu’on ait la route !

-Economie de clics ! Un seul pour deux plaques-

Photographies: Denis CLAUDEL


 

 
Cadillac

 A l’angle de la rue Cazeau et de la place de la République, ces deux plaques sur un commerce, face aux remparts.

Celle se situant Place de la République était initialement sur le Chemin d’Intérêt Commun N°129 partant d’ici pour aller à Cérons. Le N° dela voie a été recouvert. L’une des destinations est justment la gare de Cérons, cette dernière fut inaugurée en 1855.

La seconde plaque était initialement sur la Route Départementale N°10. C’est d’ailleurs toujours le cas mais en 1877 ces routes ayant été déclassées les classes ont été recouvertes.

-Cliquez deux fois sous les flèches oranges-

Photographies: Denis CLAUDEL


 

 
Cambes

 Direction Le Castera, sortie du bourg, cette plaque aux « k » de guingois, bien sympathique. Nous étions sur la D10bis, nous sommes sur la D10.

-Photographie: Denis CLAUDEL


 

 
Arcachon

 La Ville d’Hiver d’Arcachon est marquée par l’empreinte architecturale du second empire. C’est au XIXème siècle que les négociants bordelais, notamment des quais Chartrons, sont venus s’implanter ici, profiter du climat, étaler leur réussite à travers ces somptueuses villas. 

Voici un échantillons des mâts indicateurs que l’on peut y trouver, ils ont dû être commandés à partir de 1892. 

Photographies: Gilles DELIGNY

Deux photos du même emplacement, avec et sans poteau.


 

Articles pouvant aussi vous intéresser

1 commentaire

  • Reply Stan BIANCO 11 février 2018 at 17 h 18 min

    superbe !

  • Laissez une réponse