DRÔME page 10


 

La Penne-sur-l’Ouvèze

L’habitat étant très dispersé et la plaque de distances légales n’étant pas sur la mairie, je n’ai pas pu la localiser. Mais, photo à l’appui, elle existe bien. Apparemment La Penne prit l’extension sur l’Ouvèze en 1920 (notice communale Cassini). Ce qui pourrait vouloir dire que cette plaque n’est pas l’originale, comme on le sait ces plaques furent fabriquées au XIXème siècle. D’ailleurs, Alexandre Costantini s’est fait la même remarque, soulignant que les minuscules n’étaient pas employés sur les autres plaques. 

-Cliquez sur cette plaque-

Photographies: Christian MASSON



 

Montclar-sur-Gervanne

Route de La Conche, en face du monument au mort, la plaque de distances légales est là. Nous lisons sur le mur deux dates, 1861, année de pose de cette plaque, 1784, année de construction du bâtiment. 

-Cliquez sur la plaque-

-Une plaque avertissant que la maison est assurée contre l’incendie. La Caisse Générale Assurance Agricole et contre l’Incendie fut crée en 1858-

Photographies: Christian MASSON



 

Ferrassières

La plaque de distances légales est comme neuve. Elle a été remise en place au centre du village après restauration. Je présume qu’elle est sur l’église.

Photographie: François FOURNIER

Cette plaque directionnelle engoncée dans son mur était donc sur le Chemin de Grande Communication N°13. Il traversait la Drôme puisqu’il partait de Sault dans le Vaucluse pour rejoindre Laragne dans les Hautes-Alpes.

-Le tracé du CGC N°13-

-Cliquez donc sur cette plaque-

Photographie de la plaque: Alexandre COSTANTINI



 

La Chaudière

Deux plaques sur le même bâtiment. Nous sommes au centre du village. 

-Cliquez sur cette plaque, il s’agit de la plaque de distances légales communale-

Photographie sous Licence Créative Commons: Sebleouf   (format 2500 / nouvel onglet)

Dans l’angle de la même maison, cette plaque indiquant la direction de St Nazaire, une commune située à une quinzaine de kilomètres.

Photographie: Jean-Marc PLUMEL



 

Les Granges Gontardes

Une peinture de restriction concernant l’eau du lavoir. 

-Cliquez sur la peinture murale-

Photographies: Colette ROUILLY



 

Teyssières

Comme un certain nombre de communes en Drôme, la plaque de distances légales de Teyssières semblait égarée. Heureusement, lors de travaux elle a été retrouvée dans le grenier de la mairie. Le Maire, M. Franck Mucke, a décidé de la faire restaurer (atelier Jouve et Malfatto à Etoile-sur-Rhône) et elle a été fixée sur la façade de la mairie. Une très belle initiative, laquelle nous permet aujourd’hui d’admirer cette plaque aux couleurs originales. 

-Cliquez sur cette plaque-

Photographies et renseignements: Benjamin DUMAS



 

Mollans-sur-Ouvèze

L’extension sur-Ouvèze date de 1936.

Cette plaque de distances légales, aujourd’hui sur la mairie, fut retrouvée il y a quelques années par M. Jean-François Colonat*, restaurée et remise en place. 

-Cliquez sur la plaque-

Photographies: Cathy ROSTAING

  • Jean-François Colonat est membre de l’Académie Drômoise des Lettres, Sciences et Arts. Fondateur et président des Amis de Mollans  – Responsable des archives communales de Mollans.


 

Piègon

Manifestement ce muret support de plaque a été conçu et fabriqué à cette fin. Son emplacement ne déroge pas à la règle selon laquelle le lieu d’implantation de  ces plaques communales doit être au centre du village ou à un endroit où les gens se  rassemblent; c’est ici le cas puisque au-dessus d’un point d’eau et tout à côté d’un lavoir. 

-Cliquez sur  cette plaque-

Photographies: Cathy ROSTAING



 

Treschenu-Creyers

Commune déléguée de Châtillon-en-Diois

Treschenu et Creyers fusionnent en 1972.

Sur la Route du Col de Menée (D120), hameau des Nonières, nous étions sur le Chemin d’Intérêt Commun N°20, lequel allait de Châtillon au Col de Menée. (nomenclatures de 1848 et de 1922). 

-Cliquez sur cette plaque-

Photographie de la plaque: Iwan LE CLEC’H



 

Eurre

Dans le centre du bourg. 

-Cliquez sur la plaque-

Photographie de la plaque: Alexandre COSTANTINI



 

Eyzahut

Entre deux maisons, l’église de l’Exaltation de la Sainte Croix (XIIème siècle) supporte la plaque de distances légales dont les couleur est assortie aux volets. 

-Cliquez sur la plaque-

Photographie de la plaque: Alexandre COSTANTINI



 

Grane

Sur l’Hôtel de Ville, telle est bien la place de la plaque communale de distances légales.

-Dans l’angle, cliquez sur la plaque-

Photographie de la plaque: Alexandre COSTANTINI



 

Vaunaveys-la-Rochette

En 1972 Vauvaney et La Rochette-sur-Crest fusionnent.

En toute logique il existait deux plaques de distances légales. Celle de Vaunaveys place de la Mairie / rue de l’Auberge.

-Cliquez sur cette plaque-

La plaque de La Rochette se situe sur le hameau de Massonnes, lieu-dit anciennement sur le territoire de la commune de La Rochette. La vue date de 2009, la photo de la plaque de 2011. 

-Cliquez sur cette plaque-

Photographie de la plaque: Gérard BETTON



 

Laval d’Aix

Sur la mairie bien entendu, un bâtiment soit construit soit rénové en 1863.

-Cliquez donc sur cette plaque-



 

Montmaur-en-Diois

L’extension en-Diois date de 1936.

Cette plaque est possiblement sur la mairie. La photographie ci-dessous est de Jean-Noël Couriol , historien drômois réputé et malheureusement décédé le 28 octobre 2020. Elle provient du site d’Alexandre Costantini.



 

Ourches

Sur le mur longeant la mairie, telle est la plaque de la plaque de distances légales.

-Cliquez sur cette plaque-

Photographie de la plaque: Alexandre COSTANTINI



 

Ponet-et-Saint-Auban

Ponet sur la rive droite et St Auban sur la rive gauche fusionnèrent vers 1890. 

-La plaque sur la mairie, ancienne école communale laïque-

Photographie de la plaque: Gérard BETTON



 

Roynac

La plaque de distances légales sur l’église. Le chef-lieu de canton sur la plaque est Crest Sud, depuis 1948 il s’agit de Marsanne. 

-Cliquez sur cette plaque-



 

Salettes

Près de l’église à clocheton, la plaque de distances légales.

-Cliquez sur cette plaque-

Photographie de la plaque: Alexandre COSTANTINI



 

Vachères-en-Quint

En 1920 Vachères prend l’extension en-Quint.

La plaque est dans le centre du village près d’une fontaine. 

-La plaque est sur le bâtiment de droite-

Photographies: Marie-Françoise BASTIEN – Alexandre COSTANTINI



 

Sauzet

Voici deux plaques, l’une directionnelle, l’autre de Distances Légales. La première sur la Départementale 6 (de l’époque) allant de Montélimar à Beaurepaire. Elle se situe aujourd’hui sur la D606, Route de Crest.

Et la traditionnelle plaque de distances légales. Chemin de Rondes au-dessus du porche de la Porte Louis XI.

 

Photographies: Joël CAZIN



 

Montbrun-les-Bains

C’est en 1887 que Montbrun prend l’extension les-Bains.

Nous trouvons cette plaques de distances légales sur l’actuelle D542, fixée sur l’Hôtel des Voyageurs. 

-J’ai pointé la plaque par une petite flèche blanche, prés de la gouttière-

Photographie de la plaque: Cathy ROSTAING

-Sur cette carte stylisée nous voyons une tentative de représentation de cette plaque. Le panneau passage pour piétons existait, le calvaire était un peu plus en amont-

Dans un virage de la D542 à l’intersection avec la route du Pré des Arbres, cette plaque directionnelle initialement sur le Chemin d’Intérêt Commun N°46.

Photographie: Bruno SARDOS



 

Rochefort-Samson

La Route Départementale 125 a manifestement été déviée à l’extérieur de la commune. Initialement et jusqu’en 1938, il s’agissait du Chemin d’Intérêt Commun N°25, lequel allait de St Nazaire-en-Royans à Allex.

-La plaque est ici matérialisée par une petite flèche blanche-

La plaque de Distances Légales est également rue des Fontaines, en face de l’église. Le Passage de la Fabrique est à sa gauche. 

La toponymie de Bourg-de-Péage (sur la plaque Bourg du Péage) est justifiée par l’ancienne appellation du lieu: Le Péage-de-Pisançon.

Photographies: David THOMAS



 

Ambonil

Sur la grille de la Mairie rue du 19 mars 1962, la Plaque de Distances Légales restaurée. 

-Cliquez sur la plaque-

Photographie de la plaque: Joël CAZIN



 

La Motte-Fanjas

Sur l’église St-Clair en face de la mairie, nous sommes bien au centre administratif et cultuel de la commune.

-La Plaque de distances légales cachée par la gouttière, cliquez néanmoins dessus-

Photographie de la plaque: Joël CAZIN



 

Le Chalon

La photographie de la maison date de 2011. Il n’est pas impossible qu’aujourd’hui cette plaque communale soit positionnée sur la mairie qui est juste à côté.

-Cliquez sur la plaque-

Photographie de la plaque: Joël CAZIN



 

Les Tourrettes

Cette plaque communale de Distances Légales est parfaitement à sa place au pied de l’escalier de la mairie. Sur la plaque nous lisons Les Tourettes avec un seul R. 

-Cliquez sur la plaque-

Photographie de la plaque: Joël CAZIN



 

Ponsas

La plaque se situe au cœur du bourg fixée sur la salle d’animations rurale. 

Photographie: Joël CAZIN

-La plaque était à l’époque grande rue, on la voit ici à gauche-



 

Rochechinard

La plaque de Distances Légales se situe sur le Musée du Royans. 



 

Veaunes

Commune déléguée de Mercurol-Veaunes

Sur la mairie, face aux vignes, cette plaque de distances légales.

-La plaque à droite sur la mairie-

Photographie de la plaque: Joël CAZIN



 

Lemps

La plaque de distances légales de la commune de Lemps.

Photographie: Mariejo LADETBIR



 

Pelonne

Ce village de 27 habitants (2019) possède également sa plaque communale. Elle est sur l’église. 

-Cliquez sur la plaque-

Photographies: Mariejo LADETBIR



 

Lachau

Cette commune comme toutes les communes en Drôme possède une plaque de Distances Légales. Elle a souffert mais est aujourd’hui à l’abri dans la mairie. Elle fut miraculeusement sauvée, retrouvée enterrée dans un jardin. 

Nous y trouvons aussi une signalétique en drapeau de la fonderie Bouilliant (modèles effectués par les agents voyers du département).  Celle-ci signalait le Chemin de Vincent

Le Chemin de St Vincent est actuellement référencé VC n°4 sur le cadastre. Il s’agit d’un chemin rural situé au quartier du Château qui n’est cependant plus utilisé et dont le tracé a disparu sur le terrain : il partait du croisement devant la ferme Curnier et montait en suivant la ravine jusqu’au bois de la Fayée pour rejoindre le chemin qui redescend sur Saint-Vincent-sur-Jabron de l’autre côté de la crête entre la Colle et les contreforts du Pied-de-Mulet.

Extrait du site de la commune sur l’histoire du village

Photographies: Rapha Phaël – Mairie de Lachau



 

Ste Euphémie-sur-Ouvéze

Cette plaque était depuis plusieurs décennies oubliée dans une grange en Belgique. Mais elle  ne devrait pas tarder à rejoindre son village: Sainte-Euphémie (sur-Ouvèze depuis 1920). Voici son histoire, reconstituée après témoignage auprès des anciens du village.

Comme toutes les plaques communales de distances légales elle fut posée suite à une circulaire napoléonienne (troisième du nom) de 1859. De 1860 à 1863 furent installées dans le département de la Drôme 369 plaques, une par commune. 

Durant la guerre 40 / 45 elle fut  ôtée  sur ordre de la résistance et est restée dans le garage d’un habitant du village lui-même résistant. Le motif de ce démontage est sans doute justifié par le fait que les armées, tant allemandes qu’italiennes, se livraient à une course à l’armement et faisaient main basse sur tous les métaux susceptibles d’être utilisés dans les usines après refonte. En 1870, de nombreuses signalétiques furent enlevées pour retarder les prussiens en espérant les égarer. Mais dans ce cas de figure, cette plaque n’étant pas directionnelle, le motif ne devait pas être celui-ci. 

Quoiqu’il en soit, elle fut oubliée jusqu’au tournage en 1974 d’un film de Pascal Thomas, le Chaud Lapin. A l’issue du tournage, un technicien emporta la  plaque, ressortie pour l’occasion, ayant possiblement  servi pour le  décor. Ce long métrage fut effectivement tourné intégralement à Ste Euphémie.  Cette seconde disparition, compte tenu du fait qu’elle était oubliée depuis la guerre, dût passer inaperçue. 

En 2022, elle fit sa réapparition sur les réseaux et donc présentée comme oubliée dans une grange belge. Son propriétaire contacta Alexandre Costantini, spécialiste des plaques de cocher en Drôme (voir son site ici) aux fins de la vendre. La transaction ayant pu se faire directement avec la mairie Alexandre l’encouragea à la contacter directement.  Mais après quelques échanges la transaction se fit entre M. Costantini et le vendeur, sur le territoire drômois à l’occasion d’un séjour estival. Bien sûr, la commune de Ste Euphémie, dès que les fonds seront réunis, se portera acquéreur de ce vestige patrimonial communal qui retrouvera ainsi la place qu’elle n’aurait jamais dû quitter. Une souscription auprès des habitants pourrait être envisagée. 

On ne peut que saluer les divers intervenants qui ont permis à cet objet patrimonial du XIXème d’être extirpé de l’oubli: Alexandre Costantini et Muriel Brédy, maire de Ste Euphémie. 

 



 

Bourg-de-Péage

Au début du XIXème on disait plus volontiers et même administrativement Bourg-du-Péage. Sur cette plaque de la fin du XIXème on lit l’appellation actuelle: Bourg-de-Péage. Sur le Chemin d’Intérêt Commun N°2, rue Charles Mossant (D149) intersection avec la rue du Docteur Eynard.

-Cliquez sur cette plaque-

Photographie de la plaque: Éric LASNE



 

Romans-sur-Isère

La rue Mathieu de la Drôme dans laquelle est fixée cette plaque descend jusqu’à la place Lally Tolendal. On peut penser que cette descente au  début du XXème siècle pouvait présenter un danger pour les automobilistes. L’automobile Club de Romans et Bourg-de-Péage (deux villes sœurs dont les associations étaient souvent communes) installa cette plaque vers 1910 sur l’ancien Hôtel Chabert. 

Photographie: Éric LASNE



 

Romeyer

Sur l’église Notre-dame de l’Assomption la plaque de distances légales.

-Cliquez sur la plaque-

Photographie de la plaque: Jean-marie ROBERT

 

Sur l’actuelle D742, à hauteur du hameau des Planeaux, nous trouvons deux plaques dites en drapeaux fixées sur un mât. Ce mât n’est certainement pas de l’époque de leur implantation (entre 1861 et 1865) mais l’original étant en bois, leur disposition devait être identique.

La plaque de gauche indique le département (Drôme) et la direction du Chemin de Chamaloc. Il s’agit du chemin menant au village éponyme. A gauche, la plaque indique le nom de la commune (Romeyer) ainsi que la direction du chemin de Propeyret. Ce chemin n’est autre que la D742, a l’époque il s’appelait « Chemin de Die à Gresse par Propeyret ». Le Pré Peyret et la cabane du même nom peut être atteint en prolongeant à pied la route sur plus de 6 kms. 

Photographie: Alexandre COSTANTINI



 

Souspierre

Face à l’église (D179) cette plaque traditionnelle pour ce département indiquant une seule direction, celle du Chemin de Sallettes. 

-A droite presque en dehors du cadre, cliquez sur la plaque-

Photographies: Jean-Marie ROBERT


Page 12 3 – 4 – 5 – 6 – 7 – 8 – 9 – 10

Lien vers groupe facebook

Groupe Facebook Plaques de Cocher

Patrimoine Routier

 
 

You Might Also Like

Pas de commentaires

Laisser une réponse