EURE-et-LOIR page 3

 


 

Ermenonville-la-Petite

Rue Marcel Proust (D12), intersection avec la Place St Louis (D144), deux plaques en angle sur la même maison. Seule l’une d’entre elles a été photographiée, celle se situant face à l’église. A l’époque nous étions sur le Chemin d’Intérêt Commun N°144. 

-Cliquez sur sur la plaque sous Place Saint-Louis. Le fléchage caché par le volet, celui de la plaque Michelin flouté: Sandarville-

Photographie de la plaque: Jean-Michel LE VAOU

 

-N’est plus là-


 

Favières

A l’intersection entre la Route du Pressoir (D133) et la Route de l’Épine, voici un mât bi-plaques. Nous sommes sur le lieu-dit du Petit Rouvray.

La Route de l’Épine sur laquelle nous emmène l’une des deux plaques du mât est aujourd’hui une voie sans issue. Ce type de chemin faisait partie des voies privées non subventionnées qui reliaient deux hameaux ou deux villages. C’est sans doute lors du remembrement que l’unique propriétaire des terrains de part et d’autre du chemin  considéra qu’il n’y avait là qu’une seule parcelle, qu’il cultiva. Sur les photographies aériennes de 1950, ce chemin nous emmène effectivement à travers champs jusqu’au Grand-Hanche. 

-Carte 1950-

-Carte 2013-

-Sur cette vue Google Map cliquez sur le mât-

Deux tableaux indicateurs à l’intersection des rues Du Bois Moulin (D133) et du Bois Laurin (D140-10). Nous étions respectivement sur les Chemins d’Intérêt Commun N°184 et peut-être 186.

Sous l’une des plaques subsiste un tableau ancienne formule en mortier sur le mur. Une seule indication sur ce tableau: Châteauneuf (en-Thymerais).

-Cliquez sur chacune des plaques-

Photographies des plaques: Jean-Michel LE VAOU


 

Fontenay-sur-Conie

Rue du Mortanon (D29), intersection avec la rue de l’Arche (D132) il y avait deux plaques en angle. N’en subsiste qu’une. Le fond jaune du cartouche signifie que nous sommes sur une route Départementale. 

Photographie: Jean-Michel LE VAOU


 

Fresnay-le-Comte

Rue de la Mairie (D127-2) cette plaque derrière un poteau. Elle est en l’état.

-Photographie: Jean-Michel LE VAOU


 

Fresnay-le-Gilmert

Intersection rue Jeanne d’Arc (D133), rue de Coutte (D134.9), deux plaque en angle sur la même maison. La Départementale 133 devait être à l’époque le CIC 184. 

Photographie: Jean-Michel LE VAOU


 

Gommerville

Grandville absorbe Gaudreville en 1833. en 2016 Orlu (Orlut) devient une commune déléguée. 

La plaque est sur ce qui était le territoire de la commune de Grandville. rue des Merisiers (D109). 

Photographie: Jean-Michel LE VAOU


 

Laons

A Laons, sortie du bourg vers La Ferté-Vidamme, Grande Rue (D4). Une plaque en l’état. 

-Cliquez sur cette plaque qui semble bien être sur une ancienne école-

Photographie: Jean-Michel LE VAOU

-En 1927 ou 1928, une plaque disparue aujourd’hui-


 

Levesville-la-Chenard

A la sortie du bourg, rue Émile Grapperon (D19), cette plaque aujourd’hui difficilement lisible. Ce que l’on peut néanmoins encore lire dans l’encart est qu’elle était sur le Chemin de Grande Communication N°19 (GC19). En 1879 cette voie allait d’Auneau à Pithiviers dans le Loiret. 

Photographie: Jean-Michel LE VAOU


 

Loigny-la-Bataille

Le 2 décembre 1870 eut lieu la terrible bataille de Loigny, l’une des plus meurtrière de cette guerre Franco-Prussienne: 9000 morts en quelques heures. En 1901 Loigny devient Loigny-la-Bataille.

Trois plaques directionnelles dont deux sur l’ancien Chemin de Grande Communication N°36. Ce dernier fut créé en 1853 à partir du Chemin de Moyenne Communication N°36 allant d’Orgères à Artenay. 

-Cliquez sur chacune des plaques, celle de droite est sur la D3.9, anciennement CGC 36-

La troisième plaque sortie du bourg en continuant dans la rue du Général de Sonis.

Photographies: Jean-Michel LE VAOU


 

Maintenon

Une très belle plaque sur la Route Nationale 10. Ce tronçon fur créé en 1838, dévié par Ablis en 1949. La plaque quand à elle est postérieure à 1870 et semble bien destinée à davantage renseigner les automobilistes que les cochers.

Elle se situe rue de la Ferté (D906), intersection avec la rue de Bouglainval (D26-1) qui vient buter sur l’ancienne Nationale. 

-Cliquez sur cette plaque à gauche-

Photographie de la plaque: Jean-Michel LE VAOU


 

Orrouer

Rue des Fontaines (D343-8), intersection avec la rue de l’Église (D121), cette plaque se trouvait donc sur le hameau de Serez. On arrive encore à distinguer dans l’encart que cette route était un Chemin d’Intérêt Commun. 

Photographie: Jean-Michel LE VAOU


 

Poinville

Sur le hameau de Semonville, Grande Rue (D141), cette plaque initialement sur un Chemin d’Intérêt Commun comme on peut le lire dans le cartouche: IC 200.

-Cliquez sur cette plaque-

Photographie de la plaque: Jean-Michel LE VAOU


 

Saint-Sauveur-Marville

En 1972 St-Sauveur-Levasville et Marville-les-Bois fusionnent. 

Rue de la Forêt Bigeonnette (D140), quartier éponyme, intersection avec la rue des Gouffiers Bigeonnette (D323-6), cette plaque initialement sur le CIC 140. 

-Cliquez sur la plaque-

Photographie de la plaque: Jean-Michel LEVAOU


 

Tillay-le-Péneux

C’est ici que la rue du Pin (D118) vient buter sur la rue des Tilleuls (D10). Deux plaques, la première au carrefour, la seconde en partant sur Germignonville à 30 mètres, en face de la mare. Entre les deux un ancien panneau indicateur en mortier recouvert de plâtre sur lequel était peint une seule direction: Germignonville. 

-La plaque en face, cliquez dessus-

-Fonds jaunes, nous sommes sur des routes départementales-


 

Broué

La Nationale 12 passait bien par le hameau de Marolles sur la commune de Broué. Le contournement eut lieu en 1955, une plaque indicatrice subsiste sur cet ancien tracé, elle fut même restaurée en 2010. 

-La plaque à gauche ici en 2009, cliquez dessus-

-En 2012, photographies: Jean-Michel LE VAOU


 

Le Boullay-Mivoye

On remarque immédiatement ce placard directionnel, même en voiture. Nous sommes sur le tracé originel de la Route Nationale 154 définie comme étant la route d’Orléans à Rouen. A notre gauche la rue St Rémy (D140.2) traverse la commune et nous emmène sur Villemeux. 

-Carte 1950-

Ce type de panneau fut posé entre les deux guerres (avant 1927) et répondait à la nécessité d’apposer une signalétique pour les automobilistes. D’aucuns furent replâtrés car ils avaient du mal à se maintenir en l’état (c’était d’après les délibérations du Conseil Général de 1927 la seconde couche de plâtre qui était mal faite). Quoiqu’il en soit, ce type de signalisation, entretenu, est toujours là aujourd’hui et est fort utile. 

-Cliquez sur le placard VILLEMEUX

Photographie: Jean-Michel ANDRY


 

Houx

Rue du Val de Voise (D116A) X rue de la Mairie (D116.6) : c’est à cette intersection que subsiste cette plaque directionnelle. La route ainsi croisée (pas celle o^se stouve la plaque mais l’autre) est un ancien Chemin d’Intérêt Commun de Houx à Écrosnes.

Photographie: Jean-Michel ANDRY


 

Donnemain-Saint-Mamès

Dheury est un hameau de la commune de Donnemain-St-Mamès. La plaque est au centre, sur la route Départementale N°145. 

-Cliquez sur cette plaque-

Photographie de la plaque: Jean-Michel LE VAOU


 

Épeautrolles

Les deux plaques sont l’une en face de l’autre sur la D124 à l’angle des rues de la Libération et des Laboureurs. Sur l’une des plaques est fléchée la destination d’Illiers, c’est je pense la seule plaque subsistant en Eure-et-Loir où apparaît ce haut lieu de la littérature française. 

-Sur ce bâtiment la plaque en fonte (cliquez dessus) mais également deux placards joints en angle sur lesquels étaient fléchées des communes. A destination des automobilistes mais non repeints après la pose de la flèche « moderne »-

Le bâtiment de la première plaque est juste en face, la seconde plaque est derrière la flèche à gauche. 

-Cliquez donc sur la plaque bleue à gauche-

Photographies de plaques: Jean-Michel LE VAOU

-Épeautrolles, ferme de Miserey, au loin le clocher de la cathédrale de Chartres-


 

Germignonville

Commune déléguée de Éole-en-Beauce

En pleine Beauce les grandes fermes sont isolées. Ce qui n’empêchait pas les indigents de parcourir des kilomètres pour aller chercher du travail ou mendier. En Eure-et-Loir un décret préfectoral interdit la mendicité en 1843, décret suspendu suite à l’éradication de la mendicité, puis réinstauré en 1872. Des refuges pour indigents de passage (passagers) furent ouverts dans plusieurs communes, ce fut le cas en 1886 à Germignonville. (1)

En 1900 un décret préfectoral arrêta divers mesures destinées à mettre fin au vagabondage, phénomène semble-t-il en constante augmentation et entraînant des réclamations de la part des populations rurales. C’est entre ces deux années (1886 – 1900) que furent mises en places ces plaques sur la commune. Il fallait concilier les interdictions et la nécessaire prise en compte de la situation difficile des gens de passage (voire des autochtones au chômage). Les mairies pouvaient délivrer des autorisations de circuler (à produire conjointement à celles délivrées par les Préfets) à divers ambulants tels les chanteurs, forains, bateleurs… avec interdiction de se livrer à la mendicité. Les vagabonds (non professionnels) pouvaient quand à eux recevoir un secours, généralement de la nourriture. A Orgères, non loin de Germignonville, le passager recevait une tartine de confiture !

L’une des deux plaques à Germignonville est localisée sur l’exploitation agricole au lieu-dit Marasson. L’isolement de cette grande ferme et la présence de la plaque laisse supposer que l’indigent dans la nécessité pouvait recevoir ici quelque nourriture. 

-En incrustation la situation de la ferme en pleine Beauce. Cliquez sur la plaque, petite flèche blanche-

-Une seconde plaque identique sur un autre hameau de la commune-

Photographies des plaques: Jean-Michel LE VAOU

(1)Compte-rendus des délibérations du Conseil Général d’Eure-et-Loir années 1886 – 1892 – 1900


Retour page 2

Lien vers groupe facebook

Groupe Plaques de Cocher

Patrimoine Routier

You Might Also Like

2 Comments

  • Reply Bianco André 17 octobre 2019 at 9 h 19 min

    belles découvertes !

  • Reply Jean-Michel Andry 20 mai 2020 at 19 h 42 min

    Orlu n’est devenue commune déléguée de Gommerville que le 1 er janvier 2016 et non 1972

  • Leave a Reply