Seine-et-Oise page 11



 

Le Raincy

Allée de Montfermeil, cette plaque initialement sur le Chemin de Grande Communication N°164. Intersection avec l’allée de l’Ermitage.

-Cliquez sur cette plaque-

Allée Victor Hugo, cette fois sur une Chemin Vicinal Ordinaire, le N°3. Elle se jetait sur la D116, aujourd’hui sur la place du Général de Gaulle. 

Photographies: Jean-Michel ANDRY



 

Livry-Gargan

Depuis 1912 Livry est devenu Livry-Gargan.

Le Parc Lefevre à Livry-Gargan au 31 rue Léon Jouhaux recèle un mât et une borne. Nous voyons sur cette affiche que la borne était sur la Nationale 3, cette voie passait effectivement à proximité du parc. 

Vous constaterez en cliquant sur chacune des deux plaques du mât ci-dessous qu’il se situait à l’intersection de deux Chemins de Grande Communication numérotés en Seine-et-Oise 88 et 163. 

-Cliquez sur chacune des deux plaques-

Photographies: Benoit LEFEVRE



 

St-Germain-lès-Arpajon

Cette plaque d’interdiction de mendier non loin ou sur la mairie, rue René Dècle. 

Photographie: Henk VAN GAAL



 

Viroflay

Le Chemin de Grande Communication N°53 allait de la Route Nationale 186 à Vélizy pour rejoindre la Nationale 10 à Chaville. Il y avait un embranchement sur Versailles passant par Viroflay. Avenue Louvois (D56), cette avenue étant sur Versailles, la maison sur laquelle est fixée cette plaque sur Viroflay. 

-La maison sur laquelle est fixée cette plaque est bien sur Viroflay-

Photographie: Jean-Michel LE VAOU



 

Saintry-sur-Seine

En bordure de Seine cette plaque d’interdiction (ou plutôt de restriction).

Photographie: Patrick PATRICK



 

Crespières

Des plaques disparaissent, d’autres répparaissent: en voici une absente depuis plusieurs années et ayant repris du service aujourd’hui. A l’angle des rues de Neauphle (D198) et de Moncel, cette plaque était comme indiqué sur le Chemin de Grande Communication N°198. Ce dernier allait des Alluets-le-Roi à Grignon (où il rejoignait le Chemin N°119).

-Cliquez sur cette plaque-

Photographies: Patrick ROLLET



 

Béhoust

En l’état cette plaque sur le Chemin de Grande Communication N°42 allant de Septeuil à Neauphle-le-Vieux. Nous la trouvons en sortant du bourg direction Garancières (D42).

-Cliquez sur la plaque-

Photographie de la plaque: Jean-Michel LE VAOU (2008)



 

Boissets

-La rue de la Bastanière sert de frontière entre les Yvelines (ex Seine-et-Oise) et l’Eure-er-Loir-

-Cliquez sur cette plaque rechampie-

Photographie de la plaque: Jean-Michel LE VAOU (2020)



 

Bougival

La Route départementale N°45 le long de laquelle ces deux plaques ont été fixées allait de Bougival à Louveciennes et était dit Chemin de la Princesse. Sa longueur en 1855 était de 2292 mètres. 

Place du Général de Gaulle (D321) nous lisons le sigle HB en bas à gauche de cette plaque. Il s’agit de la fonderie Henri Bouilliant, la plaque pouvant dater des années 1860. 

-Cliquez sur la plaque-

Rue de Louveciennes (D102) intersection avec la rue du Maréchal Joffre, à quelques mètres de l’église Notre-Dame de l’Assomption. 

Photographies des plaques: Jean-Michel LE VAOU

Il y avait une plaque directionnelle à l’angle des rues Jomard et du Général Leclerc. Cette plaque mono fléchée était à destination des automobilistes et pouvait dater du début du XXème. 

Une plaque de rue encore en place, elle se situe en bas du Chemin des Côtes, angle avec la rue Georges Bizet. Elle est sans doute l’un des derniers vestiges des plaques de rues du XIXème siècle de la commune. 

-Les deux dernières plaques sont issues du site Souvenez-vous Bougival (2013)-



 

Galluis

Elle a voulu échapper aux regards, peine perdue, la voici photographiée et ses indications déchiffrées. Elle se situe au début de la rue Labarraque intersection avec la Place de la Demi-Lune (D155). Nous y lisons en première ligne que nous étions sur un Chemin Vicinal Ordinaire portant le N°1. En empruntant cette route nous allons d’un côté rejoindre Grosrouvre à 3k3, Montfort-l’Amaury de l’autre. 

Photographie: Jean-Michel LE VAOU



 

Gazeran

Lieu-dit du Boissonnet, rue de la Mairie (D62) intersection avec l’avenue du Général de Gaulle (D906, ex. Nationale 306 jusqu’en 1949 mais Nationale 10 auparavant), cette plaque était initialement sur le Chemin de Grande Communication N°62. Ce dernier partait d’ici, au Buissonnet, sur la Nationale 10, pour rejoindre Gallardon en Eure-et-Loir. 

-Cliquez sur cette plaque-

Photographie de la plaque: Jean-Michel LE VAOU

-La Nationale 10 au Buissonnet-



 

Millemont

Non localisée cette plaque et ses trois directions. 

Photographie: Jean-Michel LE VAOU



 

Saint-Léger-en-Yvelines

De Bullion à Anet en Eure-et-Loir, tel était le parcours dur Chemin de Grande Communication N°61. Cette plaque qui n’est plus en place était sur la maison formant l’angle entre la rue de la Mairie (D61) et Octave Allaire. 

Photographie: Jean-Michel LE VAOU



 

Sonchamp

En venant de la Nationale 10 et en allant à Sonchamp on est amené à traverser le hameau de La Hunière. Nous trouvons une plaque sur la première maison de ce hameau. Elle était sur la Chemin de Grande Communication N°71: il, allait de Rambouillet à Étampes et est issu de la déclassification de la Route Départementale N°6 le 1er janvier 1887. 

Route de Louviers (D936). La D936 fut de 1933 à 1978 la Nationale 836 décrite à son origine comme la route d’Étampes à Louviers ce qui explique le nom de la rue. 

-Cliquez sur cette plaque à gauche-

Photographie de la plaque: Jean-Michel LE VAOU



 

Toussus-le-Noble

Le Noble et Toussu étaient deux communes dissociées, elles s’associèrent définitivement mais seulement après la révolution. 

Nous sommes au carrefour formé par le virage à angle droit de l’actuelle D938, rue des Frères Farman  X rue Robert Esnault Pelterie. Deux plaques se superposent, l’une directionnelle, l’autre d’interdiction de mendicité, toutes deux de la fonderie Bouilliant. Le Chemin de Grande Communication N°6 le long duquel la plaque directionnelle était fixée allait de Versailles à Pithiviers dans le Loiret (1887). En 1855 cette voie s’arrêtait à Limours. De 1933 à 1973 elle formait la Nationale 838 de Paris à Orléans par Versailles et Limours. 

La plaque de mendicité fut apposée vers 1860, il fallait pour que le Préfet décide d’interdire la mendicité dans son département qu’un dépôt de mendicité soit opérationnel. En Seine-et-Oise la création de  l’hôpital départemental des Petits-Prés  en 1862 comme dépôt de mendicité allait permettre cette interdiction. Je n’ai pas la date exacte du décret préfectoral. 

-Cliquez sur ces plaques-

Photographies des plaques: Jean-Michel LE VAOU



 

Triel-sur-Seine

En 1910 Triel devient Triel-sur-Seine.

Le Chemin de Grande Communication N°2 allait de Vernouillet (chemin N°154) à l’Hautil (chemin N°22). La plaque se situe non pas sur l’actuelle D2 mais sur une voie parallèle, la rue du Pont En l’empruntant on arrive directement sur les quais de Seine qu’il faut emprunter en tournant à gauche pour traverser le fleuve et retrouver l’actuelle D2. Les quatre flèches pointent des communes sur l’autre rive. 

Le pont que l’on pouvait trouver au bout de la rue fut détruit en 1940. 

-Le pont suspendu sur le quel passait le Chemin de Grande Communication N°2. Il fut détruit en 1940- 

-Les flèches indiquent des communes rive droite de la Seine-

Photographie de la plaque: Jean-Michel LE VAOU



 

Villiers-le-Mahieu

Rue de Boulaincourt, intersection avec la rue Normande, cette plaque en fonte est la seule subsistant dans la commune pourtant équipée de plusieurs plaques directionnelles Michelin. 

Photographie 2017: Jean-Michel LE VAOU



 

Villejust

Une plaque en l’état sur un Chemin de Grande Communication, celui portant le N°59. Ce dernier allait sur une distance de 7830 mètres de la Route Départementale N°27 (de Versailles à Corbières) au Chemin de Grande Communication N°35. (nomenclature 1855). La plaque se situe sur le hameau de Fretay, Elle n’est pas localisée mais la plaque indique qu’elle était Grande Rue (D59)

Deux autres plaques plus récentes, sur des chemins vicinaux débouchant dans la rue principale (D118). 

-Rue de la Mairie, cliquez sur cette plaque-

Route de Nozay, cette plaque était sur le Chemin Vicinal N° 5.

Photographies des plaques: Jean-Michel LE VAOU



 

Villiers-le-Bâcle

Rue du Gif (V1) intersection avec la Route de Versailles, cette plaque avait été ôtée en 2018 pour mieux réapparaître en 2019. 

-Cliquez sur cette plaque-

Photographie 2008: Jean-Michel LE VAOU



 

Viry-Châtillon

Deux plaques sur ce qui était le Chemin de Grande Communication N°29, la numérotation de cette voie datant du 1er janvier 1888. La première plaque ci-dessous est la plus récente, elle est à destination des automobilistes. Rue Francoeur ou Maurice Sabatier (D29).

-La plaque à gauche, cliquez dessus-

-Photographie vue de 2020, plaque photographiée par GFreihalter en 2017-

Juste en face une plaque plus ancienne mais postérieure à 1888, année du déclassement des Routes Départementales en Seine-et-Oise.

-Cliquez sur cette plaque-

Photographie de la plaque 2013: Jean-Michel LE VAOU



 

Yerres

A la limite entre Yerres et Crosne comme on peut le voir sur la carte ci-dessous, cette plaque était donc sur l’ancienne Route de Crosne, comme en témoigne la plaque que l’on trouve un peu plus haut mais en incrustation sur la photo à cliquer. Cette plaque est aujourd’hui avenue Jean Jaurés à Crosne (D32), avenue du Général Leclerc à Yerres. 

-Cliquez sur la plaque-

Photographie de la plaque: Jean-Michel LE VAOU



 

Chaville

Cette plaque est sur la Routes de Gardes. On l’appelait également Route Royale ou Route des Gardes Françaises. Elle venait de Paris via Meudon et les quelques maisons qui la bordèrent formèrent la Pointe de Chaville. Cette route fut empruntée par les gardes du château de Versailles lorsqu’ils se rendaient à Paris.

Nous sommes aujourd’hui sur la rue du Pavé des Gardes (D181). Le Chemin de Grande Communication N°181 fut ainsi numéroté en 1888. 

-En cliquant vous verrez les plaques directionnelles pour l’une, de rue pour l’autre. Une mention non déchiffrée sur cette dernière-

Photographie des plaques: Jean-Michel LE VAOU



 

Marnes-la-Coquette

Quand cette plaque fut mise en place, vers 1850, nous étions sur la Route Départementale N°5 en Seine-et-Oise, cette voie allait de Paris à Mantes sur une distance de 34483 mètres, elle passait par St Cloud, St Nom (la Bretêche) et Maules. En 1859 Marnes devînt Marnes-la-Coquette. En 1888 cette route est déclassée et devient ici le Chemin de Grande Communication N° 70. Puis de 1933 à 1991 la Nationale 307 (de Paris Pte de St Cloud à Mareil-sur-Mauldre). 

Nous sommes aujourd’hui rue Raymond Poincaré (D307) mais non pas à Marnes-la-Coquette mais à Garches, sur une annexe de l’hôpital Raymond Poincaré. (la ligne frontière entre Marnes-la-Coquette et Garches est l’axe de la route. La plaque aurait été posée sur le trottoir d’en face elle serait effectivement sur Marnes-la-Coquette. 

Photographie: Jean-Michel LE VAOU



 

Meudon

Rue de Paris, intersection avec la rue de la République (D406), cette plaque était sur un Chemin Vicinal Ordinaire, le N°1. 



 

Clichy-sous-Bois

Une plaque non localisée. Notre-dames-des-Anges est sur la commune de Montfermeil. 

Photographie: Jean-Michel LE VAOU


Aller à la page  1 2  3 4 5 6 7 8 9 10 11 12

You Might Also Like

Pas de commentaires

Laisser une réponse