CÔTE D’OR page 4


 

Vougeot

Sur le Chemin de Grande Communication N°25 allant de Talmay à Vougeot en 1879, cette plaque en l’état. Intersection CD25 / CD122 rue de Citeaux / rue du Château.

On lit fléchée sur la plaque: Gilly les Vougeot. Par contre sur le panneau moderne Gilly lès Cîteaux. Cette seconde appellation est la seule qui doit être utilisée comme l’indique le site de la commune:

(…) l’adjonction de CITEAUX au nom de GILLY est la seule appellation légale. Cependant on parla longtemps de GILLY-LES-VOUGEOT. Cette transformation qui reposait sur un souci commercial en particulier pour valoriser les vins produits sur la commune, fut refusée par le Conseil d’Etat en 1936 et 1962, consacrant ainsi définitivement le nom de GILLY-LES-CITEAUX, attestant les liens historiques et affectifs entre le village et l’abbaye cistercienne.

-Cliquez sur cette plaque-

Photographies: Gilles DELIGNY


 

Essarois

Dans la forêt Domaniale de Châtillon (autrefois forêt Royale), sur la route forestière de Châtillon-Essarois, un tertre / pyramide directionnel. Difficile de dire quel est son origine, est-il lié à l’ordonnance du 13 août 1669 ordonnant la mises en place de telles pyramides directionnelles. Quoiqu’il en soit et si tel est le cas, les inscriptions sont plus récentes.

-A l’intersection de l’actuelle D29 et de la route forestière de la Combe aux Cerfs, le tertre-

-Cliquez sur chacune des faces gravées, sur celle de gauche, le CGC N°29, il allait de Recey à Coulmier-

Photographies: Patrick LIEUGAUT

Une autre borne à l’intersection des D29 et D112B (47°44’32.2″N 4°45’26.1″E). Les flèches sont identiques à la précédente mais cette fois aucune mention d’un chemin classé. Les travaux sur les Chemins de Grande Communication ont débuté vers 1830. A cette époque de développement du réseau routier il était courant de désigner les chemins non encore classifiés par les communes qu’ils reliaient. Nous avions par exemple ici le Chemin de Chatillon à Aignay. A noter que certains chemins forestiers pouvaient avoir un double caractère: forestier et vicinal. 

Photographies: Pascal WISSENBERG


 

Premeaux-Prissey

C’est en 1972, donc bien après cette plaque, que Premeaux et Prissey s’associent.

La plaque en l’état est donc sur la Route Nationale 74 allant de Châlon-sur-Saône à Sarreguemines.

Photographie: Rémi GRODZKI


 

Arnay-le-Duc

Rue du 11 Novembre 1918 (D17c) à l’intersection avec la rue de l’Arquebuse (D906 anciennement Nationale 6), cette plaque en l’état. Nous constatons que la dénomination comme le numéro du chemin ont été burinés. En 1872 il s’agissait du Chemin d’Intérêt Commun N°22 partant d’ici pour rejoindre Ste Sabine sur une longueur de 11800 mètres. Cette année la (1872) il n’y avait aucun tableau indicateur sur cette route, elle est donc ultérieure. 

-Cliquez sur cette plaque derrière les flèches contemporaines-

Photographies: Jean-François LOBREAU


 

Magny-Lambert

Deux plaques équidistantes du centre de Magny-Lambert puisque toutes deux à 600 mètres. Sur le Chemin de Grande Communication N°32, l’une sur la Route de Villaines (D32), la seconde de l’autre côté de la commune en allant sur St Marc-sur-Seine, tel est d’ailleurs le nom de la route (D32) sur laquelle elle se situe. 

Le CGC N°32 allait de Montbard à Aignay (le-Duc) en 1879.

-Route de Villaines, cliquez sur cette plaque-

-Route de St Marc, cliquez sur la plaque-

Photographie des plaques: Luc LEFRAY


 

Colombier

Rue des Mariniers, cette plaque sur un Chemin Vicinal.

-Cliquez sur cette plaque-


 

Coulmier-le-Sec

En sortant de CouLmier par la Route d’Ampilly (D980) nous croisons le Chemin de Chamesson à la hauteur du panneau de fin d’agglomération. C’est là que nous trouvons cette borne ne comportant qu’une seule indication: Chamesson → Cette borne en lieu et place d’un poteau indicateur nous engage à emprunter un chemin aujourd’hui oublié (mais néanmoins chemin de grande randonnée). Pourtant ce chemin fit l’objet d’une annotation sur le registre des audiences à la Chambre des domaines (C2166 – 1707 – 1716). En effet le curé de Coulmier et un habitant devant posséder une parcelle sur ce chemin dut se justifier suite à rompu de chemin (c’est à dire rendre impraticable). 

Photographies: Pascal WISSENBERG


Retour page 23

Regarder passer la diligence, c’est bien, monter dedans, c’est mieux

Groupe Facebook Plaques de Cocher

Patrimoine Routier

You Might Also Like

4 Commentaires

  • Répondre Guy Bernard 1 octobre 2018 at 23 h 26 min

    A Vougeot, notez le changement de dénomination: Gilly lès Vougeot est devenue depuis Gilly lès Cîteaux.

    • Répondre Patrick Rollet 2 octobre 2018 at 11 h 39 min

      Effectivement, merci de le souligner; j’ai précisé le motif de cette dénomination qui en fin de compte n’a pas de fondement légal.

  • Répondre Jean-Michel Andry 31 mai 2021 at 9 h 49 min

    photo de Colombier inaccessible!

  • Laisser une réponse