MEUSE

Meuse



Date de la dernière modification: 13 novembre 2017




 

Woël

A la limite de la Meuse et de la Meurthe-et-Moselle, sur la Route Départementale N°7, voici une plaque de cocher en Meuse. La RD N°7 était déjà nomenclaturée en 1838.

 

Route-Departementale-N-7-nomenclature-1838.jpg

Woel

 


Bouconville-sur-Madt

Sur la départementale N°7, cette plaque de coher en l’état. 

 

 

… et sur le Chemin de Grande Communication N°33 une autre plaque:

 

 

– Ici aussi cliquez sur la plaque, les deux photographiées par Denis Claudel en 2015 –

 


Buxières-sous-les-Côtes

 C’est en 1973 que Buxières, Woinville et Buxerulles, là ou se trouve cette plaque, ont formé la commune. Sur la départementale N°10 qui, initialement allait de Fresne à Hannonville.

La plaque est en l’état. DISPARUE

 

 


Vigneulles-lès-Hattonchatel

Hazavant est une ferme à l’écart de St Benoit-en-Woevre, commune rattachée aujourd’hui à Vigneulles.  La plaque, initialement sur la départementale N°7, est aujourdh’ui dans la cour de la ferme d’Hazavant, parfaitement restaurée.

 

 

– Photographies par Denis CLAUDEL, cliquez sur la plaque

 

Toujours à Vigneulles mais cette fois sur Creuë, commune rattachée en 1973, cette plaque de cocher en l’état. Sur le Chemin de Grande Communication N°9.

 

 

Cliquez sur la plaque


Latour-en-Woëvre

 Sur le Chemin de Grande Communication N°23, cette belle plaque restaurée. Le déclassement des routes départementales en Meuse a eu lieu aprés 1905, cette plaque doit être ultérieure.

 

 

– Cliquez sur la plaque –

Photographies par Denis Claudel en 2015

 


Saint-Maurice-sous-les-Côtes 

Un poteau, enfin ce qu’il en reste, sans doute le seul du département de la Meuse. Il fallait le dénicher, ce qui fit Denis Claudel.

 

 

– Cliquez dessus pour grand format –


Nixéville-Blercourt

 C’est en 1973 que Nixéville et Blercourt ont fusionné. Cette plaque se situe sur l’ancienne Nationale 3 allant de Paris à l’Allemagne en passant par Metz. A l’époque de la mise en place de cette plaque il s’agissait de la Route Impériale N°3 et cela depuis 1824. (de 1811 à 1824 la N°4). La plaquette en zinc a recouvert la mention IMP vers 1870.

 

 

– Difficle de voir cette plaque blanche à l’entrée de Blercourt en venant de Verdun, cliquez dessus

Merci à Denis Claudel – 


Les Hauts-de-Chée

Cinq communes ont fusionné en 1972 pour former Les Hauts-de-Chée; parmi elles Condé-en-Barrois, commune sur laquelle se trouve cette belle plaque de cocher sur le Chemin de Grande Communication N° 28.

 

 

– Cliquez sur la plaque –

 

Louppy-le-Petit devient Louppy-sur-Chée en 1921 puis est intégrée aux Hauts-de-Chée en 1972. De même contexture que la précédente cette belle plaque de cocher à la solide typographie était sise sur cette commune.

 

 

– Cliquez sur la plaque –

Hargeville-sur-Chée elle aussi en 1972 est intégrée aux Hauts-de-Chée. A noter que le CGC N°28 allait de Naives à Lisle-en-Barrois.

Merci à Denis Claudel pour ces belles plaques


Dugny-sur-Meuse

 Dugny devînt Dugny-sur-Meuse en 1922. Cette plaque est bien sûr antérieure. 

 

 

– Cliquez sur la plaque-

 


Dun-sur-Meuse

 La route Impériale N°64 (répertoriée route Royale en 1832) allait de Neufchâteau dans les Vosges à Mézières dans les Ardennes. La plaque de cocher fut donc installée au second empire à partir de 1870.

 

– Voici la maison sur laquelle elle se trouve (cliquez dessus) ainsi que son propriétaire –

 

Cette demeure à Dun était un ancien relais-poste aux chevaux. Le 21 juin 1791, une centaine de hussards de l’escadron de Lauzun, sous les ordres d’un chef d’escadron nommé Calixte Deslon y attendaient le roi Louis XVI et sa famille qui avaient fui Les Tuileries. Ils devaient l’accompagner jusqu’à Montmédy.Ne voyant rien venir ils se rendirent à Varennes, le roi avait déjà été arrêté. 

 

Ci-dessous l’intérieur du relais-poste photographié par Denis Claudel avec l’aimable autorisation de son propriétaire. 

 

– Le mur faisant partie des anciennes fortifications contre lequel s’adosse l’ancien relais-poste –

Merci à Denis CLAUDEL pour ces photographies prises en 2015

 

Septembre 2016: la plaque est rechampie par Nicolas Jamois, l’article consacré à cette restauration:

 


Erize-la-Petite 

Sur l’ancienne Départementale N°6, voici une première plaque à Erize-la-Petite. Cette route en 1848 allait de Bar à Longuyon en Moselle.

 

– Cette plaque se trouve sur la Mairie surmontée d’un clocheton avec une croix bien qu’étant sur un édifice civil; la commune ne possède pas d’église, celle-ci ayant été détruite en 1749. Cliquez sur cette plaque

 

 

– La seconde plaque sur la Départementale N°2 qui allait de Bar à Dun (elle commencait d’ailleurs juste en dessous d’Erize), à droite de ce petit pigeonnier bi-places, cliquez dessus ! –

 

 

– Merci à Denis CLAUDEL –


Fresne-au-Mont

 Une belle plaque de cocher sur la Départementale N°1 allant en 1848 de Bar à Metz. 

 

– Cliquez sur cette plaque photographiée par Denis Claudel en 2015 –

 


Koeur-la Grande

 Par opposition à Koeur-la-Petite alors qu’en 1848 elle était moins peuplée que sa petite soeur! Nous sommes sur un Chemin de Grande Communication, le N°7.

 

 

Cliquez sur la plaque

 


Koeur-la-Petite

 Nous voici donc à Koeur-la-Petite, une plaque du même acabit mais qui a moins bien supporté le temps. 

 

 

Cliquez sur la plaque

– Merci à Denis CLAUDEL pour ces belles photographies –

Cette plaque, cassée, a été restaurée et rechampie par Denis CLAUDEL en 2016

Cliquez sur le logo Restauration ci-dessous pour lire l’article:


Les Islettes

 Sur l’ancienne Route Nationale 3 rejoignant l’Allemagne, initialement Voie Impériale (la mention initiale IMP a fait l’objet d’un ajout en zinc, on en voit la trace et les rivets) cette plaque de cocher:

 

 

– Cliquez sur la plaque –

Denis Claudel a également photographié une plaque de rue en fonte, la voici:

 


 Mangiennes

Route départementale N°6 reliant en 1848 Bar à Montguyon (Moselle) cette plaque en l’état sur laquelle la marque de la fonderie est visible. 

 

– La grange sert de support à cette plaque, cliquez dessus

– Merci à Denis CLAUDEL pour ces photos –


Merles-sur-Loison

 Merles est devenu sur-Loison en 1922. Une belle plaque dans ce village repeinte en bleu sur un Chemin de Grande Communication, le N° 16.

 

 

Cliquez dessus


Moulins-Saint-Hubert

Nous sommes sur la Voie Impériale N°64 qui allait de  Neufchâteau dans les Vosges à Mézières dans les Ardennes. On peut donc dater cette plaque entre 1852 et 1870. Merci à Denis Claudel pour cette découverte. Moulins devînt Saint-Hubert en 1922.

Les lettres de la plaque de cocher ont été peintes en rouge; la fonderie Rigny & Mayeur, créatrice de cette plaque, suivait scrupuleusement les indications de l’ingénieur en chef Dumas qui en 1846 avait préconisé l’utilisation du rouge pour les plaques sur les routes nationales. On peut donc penser que cette couleur est la couleur originelle. 

 

 

Cliquez sur la plaque


Pillon

Route Départementale N°6 établissant la communication entre Haute-Marne et Meuse vers la Moselle et le Grand Duché de Luxembourg,  une plaque en l’état photographiée par Denis Claudel en 2015.

 

 

Cliquez sur la plaque


 Rembercourt-Sommaisne

Rembercourt-aux-Pots absorbe Sommaisne en 1973. C’est dans cette commune, sur le Chemin de Grande Communication N°35 que Denis Claudel a photographié ces deux belles plaques de cocher.

 

– Cliquez sur les plaques –


Romagne-sous-les-Côtes

 Une plaque de cocher ayant souffert à Romagne, sur ce bâtiment officiel.

 

 

– Cliquez sur la plaque –


Naives-Rosières

 C’est en 1973 que Naives-devant-Bar (flèchée sur la plaque) et Rosières-devant-Bar (commune ou se trouvait cette plaque) fusionnèrent pour créer Naives-Rosières. Sur le Chemin de Grande Communication N°11 cette plaque de cocher en l’état.

 

 

Cliquez sur cette plaque photographiée par Denis CLAUDEL en 2015 –


Naives-en-Blois

 Soeurs presque jumelles, deux plaques au centre bourg de Nives-en-Blois, carrefour de la D168 (Chemin d’intérêt Commun N°68) et de la D29 (Chemin de Grande Communication N°29).

 

 

– A droite sur la façade cliquez sur chacune des plaques photographiées par Denis CLAUDEL en 2015 –


Rupt-devant-Saint-Mihiel

 Une belle plaque de cocher à Rupt-devant-St-Mihiel qui se situe sur la Départementale N°1 laquelle à l’epoque allait de Bar à Metz. Sous la flèche du bas le sigle de la fonderie HBB.

 

 

– Cliquez sur cette plaque restaurée –

En prime le Musée du Tracteur de Janus Van Den Bliek aligne quelques panneaux d’une autre époque, certains publicitaires, d’autres de limitation de vitesse. Les limitations de vitesse pour les communes de Pierrefitte et de Chaillon (25 km pour les autos et 12 km pour les camions) correspondent a peu prés aux limitations imposées sur la Voie Sacrée de Bar-le-Duc à Verdun sur laquelle les camions de transport et de troupes défilèrent sans interruptions pendant des mois afin d’alimenter le front. (25 pour les autos, 15 pour les camions). 

 

 


Saint-Germain-sur-Meuse

 Plaque de cocher traditionnelle sur un CGC, le N°36 à St Germain / Meuse.

 

 

– Cliquez sur la plaque –

Une plaque photographiée par Luc LEFRAY 


Stenay

1908, l’année ou des ordonnances sont mises en place afin de réglementer la circulation des vélos dans les grandes villes. La circulaire du préfet concerne le département de la Meuse. 

 

 

– Merci à Denis CLAUDEL pour ce panneau d’interdiction 


Tilly-sur-Meuse

 Belle plaque de cocher à Tilly photographiée par Denis Claudel en 2015.

 

Une seconde plaque à Tilly photographiée par Patrick LIEUGAUT.


Tronville-en-Barrois

 La Route nationale 66 allait initialement de Ber-le-Duc à Bale. C’est sur cette route que se situe cette plaque en zinc laminé. 

 

 

– Cliquez sur cette plaque photographiée par Denis CLAUDEL en 2015 –

Une seconde plaque directionnelle sur le Chemin d’Intérêt Commun N°20 mais aussi une plaque émaillée d’interdiction  de stationnement aux nomades.

-Cliquez sur chacune des plaques-

Photographies de plaques: Patrick LIEUGAUT


Vaucouleurs

C’est en 1429 que Jeanne d’Arc partit de la Porte de France à Vaucouleurs vers Chinon et la Cours Royale. La plaque de cocher se situe sur l’ex-Nationale 64 allant de Neufchâteau à Mézières. On y distingue le flèchage vers Neufchâteau et Commercy. 

Elle se situe sur le Café de l’Industrie: en parlant de cet établissement et des fonderies de Vaucouleurs closes, Richard Millet, écrivain, s’interroge: « Quel Simenon évoquera cette interminable agonie provinciale? ».

 

 

Cliquez sur la plaque, merci à Denis CLAUDEL –


Villotte-devant-Louppy

 Deux plaques de cochers succintes au coeur du bourg, à l’angle de cette maison:

 

 

– Cliquez sur chacune des plaques, l’une étant un peu cachée par la signalisation contemporaine –

Merci à Denis CLAUDEL pour ces photos prises en 2015


P​AGE 2 3

Articles pouvant aussi vous intéresser

No Comments

Laissez une réponse