Autopsie d’un mât bi-plaques disparu dans les Vosges

CHÂTILLON-sur-SAÔNE: un poteau bi-plaques Varigney.

Photographié en 2006 par Frédéric CHAUVET, ce mât bi-plaques n’existe plus aujourd’hui. Il était pourtant entretenu, rechampi de frais et les indications parfaitement lisibles.

 

 

 

– Cliquez sur chacunes des plaques –

 

Au verso des deux plaques, outre la mention de la fonderie de fabrication du poteau (Varigney en Haute-Saône), un numéro: 253.

Il s’agit sans aucun doute d’un numéro de placement. Le nombre peut paraître conséquent mais en 1886 dans les Vosges un bilan du nombre de plaques et poteaux était effectué par le Conseil Général: on dénombrait alors -et uniquement sur les 3 dernières années- la pose de 466 poteaux et 913 plaques. (Archives Conseil Général des Vosges – Epinal – 1892/08). 

En outre la fonderie Varigney omniprésente en ce qui concerne les poteaux et plaques indicateurs dans les départements de l’est de la France, remportait des contrats conséquents portant sur un grand nombre de ces mâts. En 1884 par exemple, en Haute-Saône, rien que sur sur les Chemins Vicinaux ordinaires, quelque 854 réalisations ! Rien d’étonnant à ce que l’on trouve un poteau dans les Vosges numéroté 253 !

 

 

Cette numérotation était particulièrement utile, non pas tant à la fonderie de fabrication, qu’aux agents-voyers en charge de la pose de ces poteaux ou plaques. Généralement chargés de la mise en place sur un secteur, ces numéros étaient repris sur plan, le fait qu’ils soient inscrits directement sur les plaques ou mâts leur facilitant grandement la tâche.

 

Voici trois photographies de schémas établis par un agent-voyer du Calvados: la première est un plan de situation d’ensemble destiné à poser trois poteaux, les deux suivantes les gros plans de deux d’entre eux: ils portent respectivement les numéros 1185 et 1187 (le troisième portant le numéro 1188). 

 

Plan général de situation: pose de 3 poteaux

 

 

Le poteau 1187

 

 

Le poteau 1185


Articles pouvant aussi vous intéresser

No Comments

Laissez une réponse