Laon

A l’occasion de la restauration des plaques directionnelles en fonte (plaques de cocher) de la commune de Laon, voici un article les concernant.

Sur 6 plaques recensées 5 ont été rechampies (tel est le terme approprié pour désigner la restauration en peinture pour ces plaques). Ce travail a été effectué par Nicolas Jamois, (voir liens en bas de page) financé par la commune,  suite à une démarche de Céline Locheron par le biais de son Groupe Facebook de défense du patrimoine de Laon. 

Trois de ces plaques sont situées dans le cœur de la ville de Laon. Les trois autres sont dans les faubourgs. Tous les types de chemins sont concernés: deux sur la Nationale N°2, trois sur des Chemins de Grande Communication et même une plaque sur un Chemin d’Intérêt Commun. En ce qui concerne le réseau routier du département vous trouverez quelques indications sur le N°182 du Conseil Général de l’Aisne, page 18. (liens en bas de page).

La carte de localisation sur la ville de Laon utilisée date de 1929; il y en a sans doute de plus anciennes de disponibles mais celle-ci a l’avantage de reprendre l’ensemble de la commune avec la périphérie (faubourgs) et de présenter les noms de rues, lesquels doivent être identiques à ceux existant lors de la pose de ces plaques. Par contre nombre de rues ont changé de nom aujourd’hui.


La première de ces plaques directionnelles se situe à l’angle des rues de Crécy et Victor Basselet. Ces deux rues n’ont pas changé d’appellation. Sur le Chemin de Grande Communication N°27, il allait, mais vers 1900 seulement, de Laon à Crécy; auparavant, cette voie N°27 allait de Bohain à Ribemont. La plaque ne peut donc que dater de cette époque.

L’une des deux directions est la Sucrerie d’Aulnois. De 1860 à 1914 il y eut deux sucreries à Aulnois. 

-Une sucrerie à Aulnois vers 1920-

-Rue de Crécy, cliquez sur cette plaque pour la voir avant sa restauration-

-La plaque rechampie-


Pour la seconde plaque, nous étions également sur le CGC N°27, à l’intersection de la rue Arsène Houssaye (comme aujourd’hui) et de la Route d’Ardon (actuellement rue Pasteur). La plaque est du même acabit que la précédente, même fonderie, même époque (vers 1900).

Nous ne sommes pas loin de la rue Sta Viator: on trouve parfois le nom ‘Station Viator » sur certains plans. En vérité Sta Viator est une épitaphe d’origine latine déjà utilisée du temps des romains: arrêtes toi voyageur, ou ton chemin s’arrête ici

-La plaque au-dessus de la signalisation moderne, cliquez dessus

 

 -Vaux-sous-Laon est un quartier de Laon-


Là aussi, cette plaque, bien qu’antérieure aux précédentes, date des années 1900! En effet le CGC N°7 avant 1900 allait de La Fère à Coucy-le-Château, il ne passait donc pas par Laon. Celui-ci, comme indiqué sur la carte, va de Chauny à Laon. Elle n’est pas rechampie et vous pourrez la voir en l’état.

La plaque se situe donc sur le faubourg de La Neuville, rue d’Enfer. Elle provient de la fonderie Grillot, elle était sise dans le quartier de Belleville à Paris, plus précisément rue d’Oberkampf. Elle date elle aussi des années 1890 / 1900. En bas de la plaque, à gauche, on peut distinguer la marque de la fonderie (une abeille avec un G majuscule). Elle fut déposée en 1888 et signe de nombreuses réalisations de cette fonderie.


Voici deux autres plaques. Elles sont toutes deux dans les faubourgs, la première sur l’ex-Nationale 2 décrite comme la route de Paris à Maubeuge. Cette plaque, avenue Jean Monnet, se situe aujourd’hui sur la D5, dans le faubourg de Semilly. Sur la carte ci-dessous datant de 1934 elle est fléchée en bleu. L’une des destinations fléchées est Chivy-lés-Etouvelles, mais en condensé.

Généralement, les plaques sur les routes Nationales / Impériales ou Royales selon les régimes, sont les premières à avoir été mises en place. Ce n’est pas le cas ici, en effet, les premières plaques sur ces voies furent soit en bois peint, soit en zinc ou tôle peints. Elles furent enlevées et remplacées par ces plaques en fonte, et cela à partir de 1859. Celles-ci datent elles aussi des années 1900.

La seconde plaque était sur le Chemin d’Intérêt Commun N°4. Elle était à l’époque sur le Chemin Vicinal allant de  Lœuilly à Ardon, tel était sans doute le parcours du CIC n°4. A noter les deux orthographes:  Lœuilly sur la carte, Leuilly sur la plaque. Les deux variantes également pour la commune de Leuilly-sous-Coucy. 

-Pour voir les plaques avant restauration cliquez sur chacun des carrés bleus


La sixième et dernière plaque était également sur la Nationale N°2. Elle se situe rue du Mont de Vaux, avant l’intersection avec la rue Roger Salengro (à l’époque la rue des Ecoles). 

-Cliquez sur cette plaque-



Voilà pour ces plaques directionnelles en fonte à Laon. celles qui aujourd’hui, plus de 100 ans après leur mise en place, subsistent. Il y en avait beaucoup d’autres sur cette commune, notamment sur la Nationale 44 allant de Maubeuge à Orléans, dans les faubourgs, St Marcel ou Ardon… sur les chemins vicinaux…

Après les destructions de poteaux (et dans une moindre mesure de plaques) durant la guerre de 1870, ils furent remplacés, leur couleur de fond étant le blanc avec les caractères noirs, notamment dans les arrondissements de Château-Thierry et St-Quentin.


Crédits photos: C Elle Photo – Céline Locheron / Patrick Lieugaut / Nicolas Jamois

Les liens:

 


Le journal l’Union a fait paraître un article au sujet des restaurations le 16 juin 2018:

Articles pouvant aussi vous intéresser

No Comments

Laissez une réponse