COL DE CABRE


La Route du Col de Cabre, partie intégrée de la nationale 93, est une des rares à ne pas avoir été créée par Napoléon mais, à partir d’un chemin vicinal, par un Préfet, Jean-Charles-François Ladoucette. Ce tracé ne faisait pas partie du schémas directeur d’aménagement des grandes routes. Le 10 octobre 1804, il prit un arrêté prescrivant:

Sous la direction de M. Delbergue Cormont, ingénieur en chef, secondé par M. Magdelaine, ingénieur de l’arrondissement, le chemin vicinal qui mène de Gap à Valence sera réparé et au besoin reconstruit depuis le platane du Col de Cabre, limite des départements, jusqu’au point de jonction de la route d’Espagne en Italie sur le territoire de Veynes.

Le Préfet demanda que cette toute soit à la charge des Ponts et Chaussées, c’est à dire classée Route Impériale. Elle ne le fut, après plusieurs refus des Ponts et Chaussées, qu’en 1808. Il faut dire que l’ensemble des 14 communes concernées par ce tracé avait été mobilisé. Les propriétaires laissèrent leurs terrains pour l’élargissement de la voie, la population retroussa ses manches et finalement, c’est triomphalement que Ladoucette annonça que cette voie de 19000 mètres était ouverte à la circulation. On l’appela Route de Gap à Valence ou Route Ladoucette.

Voici comment il en parle dans son Histoire, topographie, antiquités, usages, dialectes des Hautes-Alpes:

(…) Beaume-des-Arnauds, village où l’on remarque d’anciens remparts en pierres de taille qui indiquent la Mutation Cambono de Peutinger. Gaura-Mons s’est appelé ensuite Col de Cabre (Col des Chèvres) et récemment col des Communes. Voici quelle a été la cause honorable de cette dernière dénomination. Quatorze (14) communes se réunirent en 1804, pour ouvrir sur une étendue de 21000 mètres et une largeur de 6 mètres en plaine et 5 en côte, une route de Gap à Valence, qui depuis est devenue Départementale. Le Préfet et les ingénieurs passèrent vingt jours au milieu de cette généreuse population. En mémoire de son dévouement on a élevé une colonne milliaire ayant la forme d’un cône tronqué à la sommité du col; là sont gravés les noms des communes avec la date de leurs travaux. Au milieu des rochers, ou la mine a fait un passage, à la hauteur de dix mètres, on a tracé un grand cadran solaire avec en bas cette inscription faite par la société d’émulation des Hautes-Alpes:

 

-La colonne en l’honneur des 14 communes-

C’est toujours au Col de Cabre que nous trouvons, fixées sur le refuge, deux plaques. Elles sont à la fois directionnelles mais également servent de limite de département entre les Hautes-Alpes et la Drôme. Les deux communes sont La Beaume et Beaurières. Quand à la voie, il s’agissait de la Route Impériale N°93 dite de Valence à Sisteron. L’ouverture du col de Cabre fut donc déterminant pour l’ouverture de cette route vers  l’Italie. 

L’adresse du Refuge du Col de Cabre est: 05140 La Beaume. Or, comme nous le voyons sur la carte ci-dessous, le bâtiment est du côté Drôme et donc en théorie sur Beaurières. Nous sommes à la jonction entre les actuelles D93 et D993.

44.54962450871478, 5.598252238253532

-Cliquez sur chacune des plaques incrustées-

Photographies: Rapha Phaël

-La borne et les plaques-

Une autre plaque, également sur la Nationale 93 (la plaquette Natle recouvre la mention IMPle) au centre du bourg. La Nationale 93 suit la vallée de la Drôme et fut empruntée paraît-il par Hannibal. Elle est décrite à l’origine, en 1824, comme la route  de Valence à Sisteron.

-Cliquez sur la plaque-

Photographies: Rapha Phaël


 

 

Lien vers groupe facebook

Groupe Facebook Plaques de Cocher

Patrimoine Routier

 

You Might Also Like

Pas de commentaires

Laisser une réponse