DEUX-SEVRES

Deux-Sevres


 

HISTORIQUE

Comme dans beaucoup de départements, la mise en place des plaques indicatrices directionnelles est directement liée au bornage des routes. Ces deux opérations sont soit concomittantes, soit se font successivement. Les mesures de distances sur les routes reportées sur les panneaux sont facilitées quand le bornage est fait et bien souvent les deux opérations s’enchevêtrent.
C’est le cas dans les Deux-Sèvres, où en 1867, le bornage kilométrique est a peu près terminé. Seules manquent 86 bornes dans l’arrondissement du Nord. Quand au bornage hectométrique, il est semble-t-il complet, les hectomètres étant marqués soit avec des pierres brutes, soit avec des piquets. (ce bornage hectométrique sera ajourné années après années compte tenu des budgets restreints).
Le bornage ne sera terminé qu’en 1881, l’hectométrique étant représenté par des bornes numérotées dans le Sud.

La pose des plaques directionnelles aux extrémités des voies est terminée (d’après le Conseil Général) en 1863. Cette pose fait directement suite à la circulaire de 1835 qui demandait l’apposition de plaques ou poteaux à la « sortie des villes, bourgs ou villages ». Au départ, sans doute vers 1850, furent posés plaques et poteaux uniquement aux intersections entre routes Départementales et/ou Royales ou Impériales. A l’époque (1867) il y avait dans les Deux-Sèvres 9 routes départementales et 10 Routes Impériales.
Les plaques ainsi posées sont issues de la fonderie Bouilliant: cette fonderie parisienne, dans le quartier de Belleville, ayant déposé un brevet pour une durée de 15 ans concernant les plaques en fonte avec lettres en relief en 1846, et lui assurant le monopole sur ces productions jusqu’en 1861. L’intitulé du brevet était « lettres en relief coulées (fond et lettres d’un seul jet) en fonte de fer, zinc, cuivre ou tout autre métal fusible ».

S’ouvre alors l’implantation de la signalétique sur la voierie vicinale, Chemin de Grande Communication ou d’Intérêt Commun.
En 1880, nous trouvons alors budgétisé pour l’entretien et l’acquisition de poteaux indicateurs sur les Chemins de Grande Communication la somme de 12816 frcs 75.

En 1885 toutes les bornes limites du département étaient en place (n’en manquait une que sur la 148bis dans le Nord entre Deux-Sèvres et Vendée).

En 1891 le Conseil Général émet le voeu qu’il soit posé des poteaux indicateurs également sur les Chemins d’Intérêt Commun. Ces chemins sont locaux et avaient jusqu’ici été écartés de la mise en place de cette signalétique.

En 1896, un rapport fait état de l’extrème complexité du nouveau réseau et de sa classification mise en place depuis 1874. Cette année là en effet moult chemins départementaux furent déclassés, rejoignant soit le réseau vicinal, soit le réseau communal. Ainsi, on constate que les indications portées sur les tableaux indicateurs induisent les voyageurs en erreur en leur indiquant des voies qui ne sont pas forcément les plus directes.
Exemple: le Chemin de Grande Communication N°13 qui par d’Aigre en Charente pour rejoindre Sanxay dans la Vienne est séparé en deux tronçons distants de 20 kms, l’un sur le Canton de Ménigoute, l’autre de Chef-Boutonne.
Un autre exemple, la dénomination officielle du Chemin d’Intérêt Commun N°34 est: de Parthenay à Assais. En réalité il aboutit à Champdeniers.

En 1912, une demande est faite pour implanter un poteau à la jonction des Routes nationale 11 et du Chemin de Grande Communication N°1: nous sommes sur le Pont d’Épannes. (pour la petite histoire, il existait déjà deux tableaux indicateurs sur la maison à l’intersection mais peu visibles. Les voyageurs même en pleine nuit venaient demander aux habitants riverains leur chemin, ils en avaient marre !). L’ingénieur des Ponts & Chaussée chargé du dossier fit appel au Touring Club de France pour le financement, ceci devait marquer un coup d’arrêt aux plaques de cocher traditionnelles en fonte.

C’est en effet ce qui ressort dès 1914: cette année là, il fut pris acte que cette association devrait fournir 60 poteaux d’intersection (sur les 542 nécessaires dans le département) au prix de 30 frcs l’unité. (il s’agit bien du signe conventionnel de croisement et non pas de plaques directionnelles). Ces implantations, réduites aux CGC , d’un coût de 6000 frcs, fut reportée en 1916, puis semble-t-il repris dans les budgets suivant.


Niort

Commençons par la préfecture de ce département des Deux-Sèvres. Une plaque de cocher, restaurée. Elle fait l’objet d’un paragraphe sur la page Restauration

La Route Nationale N°11 a été créée en 1824, auparavant il s’agissait de la Voie Impériale N°12. Cette voie allait de Frontenay-Rohan (près de Niort) à La Rochelle

79-Niort-Plaque-routiere-XIX-restauree-4751.jpg-Merci à André Bianco pour ces contributions –

Sur la Route Nationale 148 de Limoges à Nantes.

Et une troisième plaque toujours à Niort, rue de Ribray:

-Cliquez sur la plaque-

2021: les plaques rechampies photographiées par André BIANCO


Azay-le-Brulé

Cerzeau est un hameau de la commune de Azay-le-Brûlé. Une plaque de cocher en l’état.

79 AZAY plaque routière début 20 ème 9144

Ci-dessous une plaque semble-t-il en zinc: Assurances Générales, une ancètre des plaques émaillées publicitaires.

79 AZAY plaque zinc pub assurances 9145


Béceleuf

Une plaque de cocher en l’état à Béceleuf. Pas de mention de la voie.

79 BECELEUF plaque routière 1471– Merci à André Bianco pour ces contributions –

2016, la plaque rechampie, cliquez dessus:


Fontenille-Saint-Martin-d’Entraigues

Fontenille, là ou est la plauqe de cocher, et St-Martin-d’Entraigues, ont fusionné en 1973. Belle plaque de cocher bleue, lettres et fond.

79 Fontenille 0116Merci à André Bianco pour cette contribution.


Champdeniers-Saint-Denis

Champdeniers et Saint-Denis ont fusionné en 1973. Belle plaque de cocher bien agencée.

79 CHAMPDENIERS plaque routière 1481

– Merci à André Bianco –


 

Épannes

Voici une magnifique plaque de cocher !!! Elle se trouve sur la Nationale 11, anciennement Route Impériale N°12.

79 EPANNES (79)IMG 77131



 

Maisonnay

A Maisonnay (Maisonnais sur cette plaque, une autre appellation) sur la Route Nationale 148, cette belle plaque de cocher. La RN 148 allait initialement de Limoges à Nantes, elle fut déclassée sur cette portion en 1973.

– Merci à André Bianco pour cette photographie prise en 2011 –


Les Allauds

 Toujours sur la RN 148, cette plaque de cocher en l’état. Elle se situe comme indiqué sur le hameau de Chênepin. (ou Chaignepain).


La Crèche

 Sur la Route Nationale 11 (la mention Nationale a été supprimée car déclassée en 1972)

Bréloux, La Crèche et Chavagné ont fusionné en 1960.

Photographie: Stan BIANCO


 

La Mothe-Saint-Héray

Sur cette commune ici orthographiée avec un « E », cette belle plaque de cocher unidirectionnelle. Longtemps hors voie publique elle était chez un particulier. André Bianco l’a confiée à LIBSPRAY avec l’accord de François Libner pour rénovation. (mai 2019)

-La plaque restaurée par les établissements LIBNER, remise en place par André Bianco, juillet 2019-

-Rue du Moulin, la plaque rechampie-

Photographie: André BIANCO

Il y a une seconde plaque, initialement sur la Route Départementale N°7, et celle-ci n’a pas disparu.

-Cliquez sur cette plaque-

Photographies: André BIANCO

Cette plaque fut rechampie en février 2018, voici l’article sur cette restauration: ici


 

Loubillé

Parfaitement restaurée, couleur fond bleu, lettres blanches (conformément à l’Instruction Générale sur la Signalisation Routière du  1er août 1946), voici une belle plaque à Loubillé.

Merci à Stan Bianco pour cette contribution

Son site L’Echo de Stan La-Pergellerie: 


Mauzé-sur-le-Mignon

Dans cette commune une plaque de cocher en l’état indiquant la distance de la limite du département (la Charente-Maritime, à l’épôque Charente-Inférieure) et la distance pour La Rochelle.

Avril 2017: Nicolas Jamois est passé par là, cette plaque est réchampie, lire l’article:


Pamproux

 Sur le hameau de Lavilledieu-du-Perron, commune de Pamproux, Route Nationale N°11, voici une plaque de cocher restaurée.

Voir la photo de la même plaque avant sa restauration.

 

-Réchampie par la commune en 2019, IMP également-

Une seconde plaque également restaurée:

Photographies d’André BIANCO

-Réchampie par la commune en 2019-


Soudan

 Toujours sur la Route Nationale N°11, cette belle plaque en l’état photographiée par Stan Bianco.

-La plaque restaurée par les établissements LIBNER photographiée par André BIANCO (2021)-


Saint-Georges-de-Noisné

 Une plaque de cocher sans situation de voie en cette commune des Deux-Sèvres.

Cette plaque fut rechampie en février 2018, voici l’article sur cette restauration: ici.


Saint-Léger-de-la-Martinière

 C’est en 1973 que St-Lèger-lés-Melle est devenu St-Léger-de-la-Martinière. Très belle plaque de cocher bien en relief sur la RN 150 allant de Poitiers à Saintes. Initialement sur la route Impériale 150, la mention IMP fut remplacée par NAT pour Nationale à partir de 1870.



 

Salles

Deux petites plaques de cocher sur cette commune de Salles, toutes deux sur un chemin vicinal.

– Cliquez sur la plaque –

Cette belle devanture de l’ancienne poste communale:

– Merci à Stan Bianco pour toutes ces photos –

 Une autre plaque à Salles, au Temple, route de Soudan:

Photographie: BARRON Jean-Yves ou Valérie (2017)


You Might Also Like

7 Commentaires

  • Répondre stan 28 avril 2015 at 6 h 47 min

    Notez que la plaque de La Mothe St Heray (79) a disparue de son mur, je l’ai signalé au Maire , qui doit faire une enquête….

  • Répondre stan 5 août 2015 at 4 h 50 min

    Il manque la photo de St Léger de la Martinière qui n’apparait pas … je vous renvoie le département pour comparer, Niort également la 2ème manque aussi . Cordialement
    Stan

  • Répondre ANdre Bianco 5 décembre 2015 at 14 h 21 min

    EN ce qui concerne la plaque de Épannes (79) la commune devrait la mettre en valeur suite à mon intervention auprès du maire. Je vous tiens au courant de la suite…

  • Répondre Barron 4 mai 2017 at 21 h 18 min

    Bonsoir à Salles il y en à 3 plaques

    • Répondre Patrick Rollet 5 mai 2017 at 11 h 14 min

      Bonjour, c’est avec plaisir que je rajouterai cette troisième plaque, si vous voulez bien m’envoyer sa photographie à l ‘adresse mail du site:
      plaquedecocher@gmail.com
      Cordialement

    Laisser une réponse