Le rechampissage des plaques et mâts au XIXème et début du XXème

Voici un article reprenant partiellement mais avec de nouveaux documents celui paru sur le magazine Rétro Tourisme N°6  fin 2016. 



Jusqu’en 1940, les plaques et poteaux indicateurs furent  rechampis, ou bien par les constructeurs (c’était le cas pour les plaques neuves livrées peintes), par les services de la voirie, notamment les cantonniers, ou encore par des entreprises privées sous contrat. C’étaient les Services Vicinaux puis les Ponts-et-Chaussée qui déterminaient les travaux à engager, par le biais des agents-voyers ou des ingénieurs. 

 

Les livrets du cantonnier reprenant ses attributions définies par le règlement du 10 décembre 1835 précisait entre autres travaux de voirie : « veiller à la conservation des bornes kilométriques et des poteaux indicateurs ». A leur charge notamment les plaques et poteaux sur les Chemins Vicinaux Ordinaires, mais également les bornes le long des routes à entretenir. C’est ainsi qu’ils se chargèrent de rechampir la plupart des plaques et mâts jusqu’à la grande guerre et au delà.

Les cantonniers se faisaient rembourser les frais engagés, notamment le matériel. Ci-dessous deux bordereaux reprenant les fournitures et les travaux effectués par les Sieurs Enel et Ferrée, de Caen et de Troarn. Ils datent de 1867 et concernent la Route Départementale N°3 qui était gérée par les Ponts et Chaussées. On y trouve de la peinture blanche (de céruse) , du mastic, différentes brosses (soie blanche et à rechampir),  du bleu d’outremer (30 décalitres -ce qui ferait 300 litres!). La main d’oeuvre des plaques est facturée 1frcs  50 pour l’un, 4 frcs pour 4 plaques pour l’autre, dans les deux cas le déplacement est compris. 

AD14

AD14

Après la Grande Guerre, les travaux d’entretien de la voirie et des plaques ou poteaux sont confiés à des entreprises, elles donnent toujours lieu à contractualisation entre les Services Vicinaux  et les sociétés.

Voici une facture établie par la Maison Marcel Gérardy à Isigny/mer en date du 25 septembre 1928. Il s’agit d’une entreprise locale chargée de peindre des bornes kilométriques, des plaques et des poteaux indicateurs. La facture est établie par routes. 

Les prix par objet: 

plaque: 8 frcs

poteau deux bras: 28 frcs

poteau 1 bras: 19 frcs

borne kilométrique: 13 frcs 50

borne demi-kilométrique: 3 frcs 50

borne de canton: 3 frcs

AD14

AD14

Pour terminer, voici en 1938 la soumission par le Service Vicinal de travaux de peinture à la société Voisin de Bernières-sur-Mer. Dans un courrier adressé sans doute à l’Agent Voyer du secteur, l’ingénieur des Services Vicinaux stipule ce qu’il attend de la société Voisin:

  • pour les bornes, nettoyage, grattage des anciennes inscriptions, 2 couches de peinture blanche, inscriptions en noir.
  • pour les poteaux et plaques: nettoyage, une couche de minium, deux couches de peinture, gris pour le poteau, plaque bleu outremer, dos des plaques en noir, sommet en vert liséré blanc autour des plaques, lettres en bronze aluminium argent.

AD14

Provenant de l’entreprise Voisin, un mémoire quantitatif des travaux effectués classés par voies (pour les bornes):

174 bornes km

183 bornes 1/2 km

63 mâts à deux bras

5 mâts à un seul bras

38 plaques murales

AD14

Ainsi on voit que les services compétents (Vicinaux puis Ponts & Chaussées) ont pris soin de leurs plaques et poteaux indicateurs. Bien sûr ces interventions avaient un coût et dépendaient des moyens dont disposaient les Conseils Généraux. Mais force est de constater que malgré la tendance à mettre en place une signalétique  en adéquation avec l’automobile (dont le développement en 1938 a permis de supplanter largement l’hippomobile) cette signalétique qui, dés 1946, sera qualifiée d’ancienne, est néanmoins entretenue consciencieusement. C’est peut-être l’une des raisons pour laquelle, quand, en 1955, ces plaques et poteaux auraient dû être enlevés, que nombre d’entre eux sont restés en place: pourquoi ôter un objet dont l’entretien avait fait l’objet de toutes les attentions depuis un siècle?


 

Articles pouvant aussi vous intéresser

No Comments

Laissez une réponse