VAUCLUSE

Vaucluse

 


Date de la dernière modification: 7 avril 2017


 

La-Bastide-des-Jourdans

Une borne  sépare le Vaucluse des Basses-Alpes (aujourd’hui Alpes de Haute Provence). Elle est sise sur la commune de La-Bastide-des-Jourdans.

En réalité la frontière des départements se situe quelques centaines de mètres plus loin. (direction Alpes de Haute Provence).

On y trouve outre la plaque délimitant les deux départements, une plaque de cocher traditionnelle en l’état ainsi qu’une plaque pour signaler l’appellation de la voie: ici Chemin de Grande Communication de Banon à la Bastide-des-Jourdans.

 

La plaque théoriquement placée à la limite des deux départements n’est plus visible. Mais elle a été prise en photo et se situait sur le pilier de la borne. La voici:

La Bastide des Jourdans

 

Il subsiste donc 3 panneaux indicateurs. Voici deux vues d’ensemble sous deux angles différents, cliquez sur chaque plaque pour mieux les voir.

 

La bastide vue 2

Première vue direction Vaucluse.

 

La Bastide des Jourdans VUE

 

Seconde vue direction Alpes de Hautes Provence.

 

Vous avez sans doute remarqué que du côté Vaucluse on était sur une route départementale, la N°12, alors que du côté Basses-Alpes sur un chemin de Grande Communication.

En effet en 1839 la route départementale N°12 a été prolongée jusqu’à La Bastide-des-Jourdans, donc à la limite des Basses Alpes. La borne est située à l’embranchement de Forcalquier (aujourd’hui un chemin)  et sur le Chemin de Grande Communication N°14.

Ci-dessous l’extrait les Lois du Royaume de France du 2ème semestre 1839 sous Louis Philippe 1er:

 

Bulletin lois

Ces photographies de plaques ont été prises par André Bianco dont le site L’écho de Stan La Pergellerie est fort intéressant.

Screenshot (08h 49m 20s)

 


 

Orange

Il fallait la dénicher cette plaque à Orange… sans doute la seule qui subsiste. Sur la N°7, en tôle, lettres non en relief, elle est difficilement lisible; les destinations sont Piolenc et Courthezon. Voilà donc une relique photographiée par Boris Jacopin.

 

84 - Orange


Sainte-Cécile-les Vignes

 La commune de Sainte-Cécile a été rebaptisée Saint-Cécile-les-Vignes en 1920.

Une plaque en zinc laminé –époque difficile à déterminer mais qui semble bien être une reproduction d’une ancienne plaque– qui n’indique que les villes principales, Lapalud et Carpentras.

– Merci à Jean-Marc THONNON pour cette découverte –


Cabrières d’Avignon

 Coustellet est un hameau réparti sur plusieurs communes dont Cabrières d’Avignon, là où est située cette plaque, sur la D2. Elle était implantée, à l’époque, sur la Route Départementale N°17.

 

 

Photographie: Boris JACOPIN


Apt

 Nous voici à Apt, sur la Départementale 43, entre Les Tourettes et Les Chapelins. Un poteau en pierre de taille sur lequel ne subsiste plus qu’une seule plaque.

 

 

– Voici donc ce poteau en pierre, cliquez dessus –

Photographies: Christian MASSON



 
Lioux

Commune  de Lioux, sur une borne, une plaque en l’état. Elle doit se situer entre la Falaise de la Madeleine et le Moulin de Lioux. 

Photographie: Christian MASSON



 
Saumane-de-Vaucluse

Il ne s’agit pas de plaques directionnelles mais de plaques d’assurances: CENTRALE et LA PAIX.

Ci-dessous une partie du futur billet à paraître sur ce site sur l’histoire de ces plaques:

Ces plaques étaient apposées sur les maisons des titulaires des assurances, mais l’on trouve certaines demeures supportant plusieurs plaques, pour certaines en plein centre de la France avec des plaques d’assurances spécialisées dans les affaires maritimes, en Creuse par exemple (ce département ayant des débouchés maritimes pour le moins limité! ). Et ce qui ne devait être au départ qu’un support d’information s’est transformé en talisman devant prémunir contre l’adversité (et les mauvaises intentions).
Les premières plaques de ce type, en zinc, ont été fabriquées par la Maison Hébrard de Villiers, c’était en 1825. En 1832, elles sont faites en relief, vernis et durcies au four, gage de longévité. Beaucoup de ces compagnies d’assurance ont été crées pendant cette période: l’Abeille par exemple en 1856.

-Cliquez sur la plaque-

 

-De même, cliquez sur cette plaque-

 Photographies: Christian MASSON


 

Articles pouvant aussi vous intéresser

No Comments

Laissez une réponse