Deux restaurations dans les Deux-Sèvres

Fondateur du Groupe LIBNER, une carosserie de dimension internationale dont le siège est à St Maixent l’Ecole, c’est Joseph LIBNER en personne qui a tenu à participer à la préservation de ce petit patrimoine routier. 

Par le biais d’une de ses filiales, la Société LIBSPAY de Auge (79), ces deux plaques directionnelles en fonte vont être rechampies gracieusement. 

La première à La Mothe-Saint-Héray; elle se situait sur la Route Départementale N°7, sur l’actuel Garage Florentin. La voici avant son rechampissage:

Vous remarquerez que l’orthographe de la commune sur la plaque diffère de celui en vigueur actuellement. Cette divergence est due à une erreur de transcription sur les bulletins de loi en 1801; elle fut reprise épisodiquement sur certains documents, (et malheureusement sur celui qui a servi à l’élaboration de cette plaque) néanmoins sur tous les articles que j’ai pu consulter en provenance de la préfecture ou du Conseil Général, il s’agit bien de La Mothe-St-Héray: Héray était un saint qui vécut dans le seconde moitiè du VIème siècle (voir La vie de St Heray publié en 1840 par le docteur Sauzé). Sainte Heray(e) n’existe pas !

Voici la plaque rechampie de frais, avant sa remise en place:

Cette plaque provient de la fonderie Bouilliant à Paris, quartier de Belleville.

 

La seconde plaque à St Georges-de-Noisné. Elle se situait 1 route du Vieux-Chêne, et sera paraît-il reposée sur la façade de la mairie. 

 

Une troisième plaque pourrait être rechampie par cette socièté, il s’agit de celle d’Azay-le-Brûlé, hameau de Cerzeau. L’association Petit Patrimoine Routier en Deux-Sèvres s’y emploie activement, l’entreprise Libner est d’accord, est attendu l’autorisation de la mairie. 

Et c’est justement grâce à cette association très offensive sur le développement de la sauvegarde du petit patrimoine routier en Deux-Sèvres, de son Président Vincent DABIN, et l’un de ses membres les plus actif, André BIANCO, que j’ai réalisé cet article. 

Le lien vers cette asso, son groupe sur facebook:


LA REMISE EN PLACE DES PLAQUES (février 2018)

 

L’ARTICLE SUR LA NOUVELLE RÉPUBLIQUE: le 3 février 2018

Un œil averti pouvait discerner une ancienne plaque de cocher posée sur le mur de l’ancien garage Florentin, 34, route de Saint-Maixent à La Mothe. Cette lourde plaque en fonte a été posée entre 1860 et 1930, à hauteur respectable (2,5 m), afin d’être vue par les cavaliers et cochers. Elles ont remplacé les bornes royales mises en place par Louis XV avant d’être détrônées par les actuels panneaux.
Grace à l’initiative de « Deux-Sèvres auto mémoire » et plus précisément d’André Bianco, la vieille plaque rouillée a retrouvé une seconde jeunesse. « Il convient de remercier Joseph Liebner, connu pour sa passion du transport hippomobile d’autrefois, qui a fait rénover la plaque par la société Lieb spray d’Augé » précise André. Après avoir subi un travail minutieux de brossage, sablage et peinture, la plaque a retrouvé son aspect règlementaire initial : « En écriture blanche sur fond bleu de ciel foncé ».

Un lien vers le journal: 

 

Articles pouvant aussi vous intéresser

1 commentaire

  • Reply Stan BIANCO 28 janvier 2018 at 15 h 08 min

    Merci Mr Patrick Rollet , bon article sauf que je ne suis pas le président de l’association Deux-Sèvres Auto Mémoire c’est Monsieur Vincent Dabin le président, je participe activement avec celle ci dont je suis membre tout simplement et actif au niveau du petit patrimoine routier des Deux Sèvres. Merci de votre rectification . Bien amicalement

  • Laissez une réponse