Crécy-la-Chapelle: deux plaques historiques sur cette maison

Elles se situent au 9 rue du Marché, à quelques pas du Grand Morin, la rivière qui traverse la commune de Crécy-la-Chapelle. On peut passer devant sans y prêter attention et pourtant sur sa façade deux plaques retracent 300 ans d’histoire, des heures les plus prospères à celles les plus tragiques. 

Au-dessus du portail ouvert, à droite de la pharmacie, voici ces deux plaques:

Celle de droite est en bois, il s’agit d’une plaque stipulant qu’ici il y avait un bureau de la Messagerie Royale au départ duquel on allait  et revenait de Paris.

La liaison ainsi assurée était celle de Coulommiers à Paris,  par la Route Impériale N° 39 (qui devînt la N° 34 à la chute de l’empire) et qui allait de Paris à Vitry-le-François. En 1828, il était spécifié qu’à Crécy-en-Brie (tel était son nom à l’époque) le commerce y était considérable, que l’on y trouvait fabriques de chapeaux, de lacets et autres denrées ! On pouvait rejoindre au départ de Paris la commune de Crécy en diligence, les départs ayant lieu rue Jean-Pain-Mollet, au N°12. 

Mais cette plaque est bien antérieure: sur le tome second de « La parfaite intelligence du commerce » publié en 1785, dans un Tableau Alphabétique du service des Diligences, Carrosses & Messageries Royales, on trouve celle de Crécy-en-Brie, située à 12 lieues de Paris. 

Les bureaux de cette messagerie se situaient Faubourg St Denis à Paris,  le trajet en carrosse coûtait 6 livres, auquel il fallait ajouter 6 deniers par livres (mesure de poids), que l’on démarrait à 6 heure du matin et qu’il fallait quand même compter 10 heures pour parcourir la distance. On pouvait repartir sur Paris le jour même. 

Voici cette plaque en gros  plan:

 

Il est difficile de faire une transition sur la seconde plaque: il s’agit d’une plaque commémorative, en hommage aux époux Collot , Désiré et Alice :

Vous trouverez le contexte historique de ce drame de la Résistance en consultant ce lien vers le Musée de la Résistance en ligne.

Les photographies ci-dessus m’ont été envoyées par Jean Collot, petit-fils de Désiré et Alice Collot. 

-Jean COLLOT et sa famille, merci à lui pour ces photographies-


Jean Collot a raconté, toujours sur le site du Musée de la Résistance en Ligne 39-45, cette journée du 19 mai 1944. ici

En outre, suite à cet article, il m’a communiqué deux photos du N°35 rue du Faubourg St Denis. En effet: 

J’ai appris (…) que l’arrivée à Paris de la Messagerie était rue du Faubourg Saint Denis, et bien figurez vous que j’ai une photo de mon grand père Désiré Collot devant une boutique au N°35 de cette même rue, surement cette boutique était à lui.

J’ai pris la photo en 1998 pour comparer.

J’ai une photo de lui aussi à la première guerre mondiale cf p 49 dans le livre « Visage de la grande guerre » exposition qui a eu lieu à la Mairie du 5ème arrondissement:

 

 

 

Articles pouvant aussi vous intéresser

No Comments

Laissez une réponse